Christophe RoussetI. Barrios Martinez
Opéra concert

Armide - Lully

Les Talens Lyriques - Christophe Rousset

Jeudi 10 décembre 2015
19:00
Lieu
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Jean-Baptiste Lully
    Armide (version de concert)
  • Tragédie lyrique sur un livret de Philippe Quinault
  • Prologue, Acte I, Acte II
  • Entracte
  • Acte III, Acte IV, Acte V
  • Les Talens Lyriques
  • Choeur de chambre de Namur
  • Christophe Rousset, direction
  • Marie-Adeline Henry, soprano, Armide
  • Antonio Figueroa, ténor, Renaud
  • Judith van Wanroij, soprano, La Gloire, Phénice, Mélisse
  • Marie-Claude Chappuis, soprano, La Sagesse, Sidonie, Lucinde, une bergère héroïque
  • Marc Mauillon, baryton, Aronte, la Haine
  • Douglas Williams, basse, Hidraot
  • Cyril Auvity, basse, Le chevalier danois, un amant fortuné
  • Etienne Bazola, basse, Ubalde
  • Emiliano Gonzalez Toro, ténor, Artémidore
  • Hasnaa Bennani, soprano, Une nymphe
Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.


Armide est la dernière tragédie en musique née de la collaboration de Lully et de son librettise Quinault. Le sujet – l’amour malheureux de la magicienne Armide pour le chevalier Renaud – est tiré de la Jérusalem libérée du Tasse.

5 février 1686. La foule s’empresse pour aller découvrir la onzième et dernière tragédie lyrique de Lully et de son librettiste Quinault. Et elle ne s’y trompe pas : Armide, véritable chef d’œuvre, sera auréolée d’un succès durable. Le sujet, tiré de la Jérusalem délivrée du Tasse, est bien connu : il met en scène, comme les précédents Amadis et Roland, l’amour de la magicienne Armide pour le chevalier Roland. Et pourtant, la tragédie lyrique classique atteint là un aboutissement total, tant au niveau littéraire que musical.
L’œuvre compte, entre autre pages d’une intensité rare, le célèbre monologue d’Armide « Enfin, il est en ma puissance », érigé en modèle du récitatif à la française. Il deviendra même, dans les années 1750, un enjeu de la Querelle des Bouffons, à propos duquel se disputeront Rameau et Rousseau.
Christophe Rousset pose ainsi un point d’orgue sur son parcours à travers la tragédie lulliste. Après Roland, Persée, Bellérophon, Phaéton – dont le récent enregistrement a été exceptionnellement couronné par la critique – et Amadis, la redécouverte tant attendue d’Armide par Les Talens Lyriques constitue le point culminant du travail artistique de ces dernières années.

Tarifs

rousset_christophe
Entretiens

Christophe Rousset : “Armide, le modèle absolu”

Inspirée de la Jérusalem délivrée du Tasse, la dernière tragédie...