Notes de passage

A+AA-Print

Musique illustrée / Concerts de légende

2 septembre 1992 : Marc Ribot et John Zorn mettent en sons la Nuit de cristal

Publié le 20 Avril 2015

Le 2 septembre 1992, lors du Munich Art Projekt, Marc Ribot et John Zorn proposent une expérience aussi unique que traumatisante : l'interprétation de Kristallnacht, une mise en sons de la sinistre Nuit de cristal de novembre 1938.

par Mathieu Durand

Il est minuit dans le Black Box de Munich. Les portes se ferment. Elles ne se rouvriront plus. La sensation d’enfermement est totale. Épaulés par David Krakauer, Frank London ou encore Anthony Coleman, le saxophoniste et le guitariste américains plongent l’auditoire dans une ambiance parfois irrespirable. Sur scène, tous les musiciens se sont confectionné une étoile jaune qu’ils arborent sur leur veste et, lors d’un insoutenable second mouvement – « Never Again ») – on entend des bris de verre et des sons de saxophone suffisamment stridents pour donner la nausée. Collage troublant entre punk, soundscape, klezmer, dodécaphonisme et free jazz, Kristallnacht marque la naissance d’un mouvement artistique qui doit beaucoup à Marc Ribot, la « Radical Jewish Culture ». Fidèle complice de John Zorn, le guitariste américain a co-écrit avant le concert un manifeste dans lequel les deux hommes s’interrogent sur la possibilité d’un art juif radical calqué sur la scène underground qui agite New York depuis des années. Car pour eux, cette suite en sept mouvements qui se termine par un solo chaotique de Ribot (« Garin ») évoque autant le passé (la Shoah) qu’elle prépare le futur (la possibilité d’une musique juive contemporaine qui ne soit pas klezmer).

 

Il faut dire que cette première européenne de Kristallnacht a lieu dans un contexte particulier : alors que ces artistes juifs viennent jouer en Allemagne, le pays est traversé par une montée du racisme et de terribles incendies criminels de foyers d’immigrés turcs. Imaginé par le producteur Franz Abraham dans ces années troubles, le Munich Art Projekt avait pour but de laisser carte blanche à une foule d’artistes avant-gardistes, d’Ornette Coleman à Philip Glass. John Zorn et Marc Ribot en profitent ainsi pour coucher sur le papier des idées qui leur trottaient dans la tête depuis longtemps – même si les deux hommes ne sont pas tout à fait d’accord : le saxophoniste voit dans cette musique juive radicale « une affaire de communauté », tandis que son ami guitariste l’envisage comme un acte « politique, polémique ». Juste après ce festival fondateur, John Zorn créera Tzadik, son label qui ressemble autant à un laboratoire de la « Radical Jewish Culture» qu’à une constellation de musiciens frondeurs. Marc Ribot y sera évidemment une pièce maîtresse.
 

Marc Ribot
Ciné-concert

The Docks of New York

Marc Ribot
Amphithéâtre - Cité de la musique
Du vendredi 24 avril 2015 au samedi 25 avril 2015