Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Entretiens

Les rencontres d’un soir de Gaspar Claus

Dans One Night Stand, le violoncelliste Gaspar Claus a imaginé une suite parisienne à la soirée de collaborations initiée à New York en 2012. Unique et plein de surprises.

Published on 21 November 2018
par Pascal Bertin

Gaspard Claus présente One Night Stand #2

 

Certains musiciens semblent dans l’incapacité d’endosser les habits de navigateur solitaire. Non qu’ils en soient incapables mais leur parcours démontre que leur épanouissement passe irrémédiablement par la rencontre, le travail à plusieurs mains et plusieurs esprits. Ce sont les mêmes qui font généralement fi du cloisonnement des genres et aspirent à une franche liberté. Gaspar Claus appartient à cette passionnante catégorie. Depuis ses débuts, le violoncelliste a multiplié les projets où on ne l’attendait pas, enclenché des collaborations tous azimuts et enchanté son monde par les réussites qui en naissent. Deuxième chapitre de cette soirée de rencontres One Night Stand qu’il avait lui-même initiée, ce volet français donne une nouvelle fois raison à cet artiste dans sa quête du surpassement à travers l’autre.

C’est après une formation au violoncelle classique suivie au Conservatoire de Paris que Gaspar Claus décide que plus rien dans sa vie musicale ne sera qualifiable de scolaire. Il suffit d’une consonne en moins pour passer dans la catégorie solaire et rimer avec son paternel. Fils du guitariste flamenco Pedro Soler, il garde du genre dans lequel son père excelle une âme vagabonde, le goût pour les grands espaces et cette fameuse impossibilité à rester sur une route balisée. Ainsi a-t-il croisé son instrument avec des musiciens des univers pop tels Barbara Carlotti ou Peter von Poehl, électro comme Rone, et de l’indie-rock américain comme Sufjan Stevens et Jim O’Rourke. Il s’est aussi frotté à la musique improvisée avec Keiji Haino et Serge Teyssot-Gay, et de la musique contemporaine avec Bryce Dessner de The National. C’est avec son père qu’il s’est le plus investi en studio, en 2011 avec un premier album (Barlande), suivi d’un second en 2016 avec Matt Elliot alias Third Eye Foundation au chant. Enregistré en Islande dans le studio de Valgeir Sigurðsson, cet Al Viento jette un pont musical entre la glace de l’île de l’Atlantique Nord et le feu de l’Andalousie où poussèrent ses racines familiales. L’œuvre s’inspire de la Petenera, mi-femme mi-sirène en quête de l’amour absolu qui se venge de tous les hommes qui la délaissent, personnage resté associé à une chanson maudite du flamenco.

Ce véritable club de rencontres musical qu’est sa vie, Claus l’a naturellement prolongé à la scène un beau soir de 2012 à Brooklyn, en conviant un large éventail de musiciens parmi lesquels son père, Sufjan Stevens et Bryce Dessner, ainsi qu’une plasticienne, sa propre sœur Clara. Six ans plus tard, le voilà à l’initiative d’une soirée en forme de suite à la Philharmonie de Paris. S’il est cette fois seul à représenter la famille Claus, celle au sens musical s’attache d’une part à mieux infiltrer la sphère électronique, d’autre part à faire la part belle à la scène locale. Le casting réunit ainsi le prometteur producteur Sébastien Forrester, autrefois connu sous le nom de Holy Strays, et Joakim, patron du label Tigersushi et producteur exilé à… Brooklyn. À leurs côtés, des artistes aussi divers et variés que le multi-instrumentiste franco-libanais Bachar Mar-Khalifé (tous deux ont un temps été voisins de label chez In Finé) et le fidèle Peter von Poehl, au milieu de coups de cœurs plus récents que sont Ambeyance, Borja Flames, Camille Hardouin, Juliette Gelli, Katerina Fotinaki, Laure Brisa et Ojard, le tout sous la bienveillante houlette du compositeur David Chalmin qui prend ici le casquette d’arrangeur.

Le principe adopté par Claus pour ses invités est de laisser chacun jouer à sa guise, et de laisser le collectif s’emparer de ces idées pour les développer. Soit une idée pour chacun des musiciens qui constitueront autant d’éclairs au service du collectif. La soirée doit sa magie à toutes ces sublimes rencontres d’un soir : un concert unique, dans tous les sens du terme.

Gaspar Claus
Concert

One Night Stand

Gaspar Claus et invités
Salle des concerts - Cité de la musique
Saturday December 15 2018 - 20:30