Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Impressions

Les créations de la Biennale

On ne se lance pas impunément dans le quatuor à cordes, et rares sont les compositeurs à le faire le cœur léger : le poids du répertoire se révèle bien souvent inhibiteur...

Published on 2 December 2019
par Jérémie Szpirglas

 

quatuor-goldmund-by-gregor-hohenberg.jpgDR

Certains, parmi les plus grands (Brahms par exemple), évitèrent longuement l’exercice, trop intimidés par le formidable corpus beethovénien. Aujourd’hui encore, la figure tutélaire beethovénienne demeure un obstacle majeur pour les créateurs. La conjonction de cette édition 2020 de la Biennale de quatuors à cordes et des célébrations du 250e anniversaire de la naissance de Beethoven leur offre toutefois l’occasion de surmonter leurs réserves et de s’y confronter bille en tête : advienne que pourra !

C’est notamment le cas de deux compositeurs auxquels ont été passé commande cette année : le Français Bruno Mantovani et l’Allemand Jörg Widmann. Tous deux vouent à Beethoven une admiration sans borne – le premier avoue même que se situe là l’origine de sa vocation de compositeur – et s’ils ont tous deux abordé le quatuor avec succès par le passé, l’idée d’un hommage n’a pas été évident à réaliser. Ainsi le Septième Quatuor de Widmann (dont la création française sera assurée le 16 janvier par le Quatuor Artemis) constitue-t-il le second volet d’une véritable « étude » dédiée à l’art unique et consommé de la composition pour quatuor de Beethoven : faisant table rase de son propre métier de compositeur, il prend le corpus beethovénien comme matériau d’expérimentation d’un nouveau laboratoire du quatuor, dans l’espoir d’en tirer du neuf.

Jörg Widmann: Con brio (2008) for orchestra

 

Intimidé à l’idée de se confronter à un corpus qui représente pour lui le nirvâna de l’histoire de la musique, Mantovani se tourne quant à lui vers un projet humoristique pour son Sixième Quatuor (en création française par le Quatuor Kuss le 13 janvier) : « condenser la matière thématique des 16 opus de Beethoven en 11 minutes. Ainsi les différents éléments originels se répondent-ils dans une chronologie nouvelle, les citations étant déformées, placées dans des contextes inouïs. »

Bruno Mantovani: Quatuor à cordes no. 4 #quartweet (Signum Quartet)

 

Du reste, l’humour a toujours fait partie de la boîte à outils des compositeurs (et Beethoven n’en était pas avare, en son temps), et plus encore aujourd’hui. La démarche d’un Enno Poppe en est une éclatante démonstration, et son Freizeit (littéralement : temps libre), également créé par le Quatuor Kuss le 13 janvier, en témoigne : tournant autour d’une petite cellule thématique – apparemment anodine, semblant tout droit sortie d’un chef-d’œuvre du répertoire –, il la répète, la module, la déforme, pour ensuite la faire grandir et s’émanciper. Le sentiment est celui d’un compositeur jouant avec son matériau (en même temps qu’avec les codes du jeu du quatuor : les tournes de page font ainsi partie intégrante du discours musical) comme avec un jouet d’enfant, telle une toupie musicale.

Enno Poppe: Freizeit (2016)

 

Autre jeu, autre toupie : Clara Maïda livre le 14 janvier au spécialiste de la création qu’est le Quatuor Arditti la primeur de ..., das spinnt..., pour quatuor à cordes amplifié. Une œuvre qui prend place au sein de son cycle hautement connecté www, et qui décline toute la polysémie de son titre d’origine germanique : à la fois la toile que l’on tisse (avec les cordes… du quatuor), le tournoiement d’un objet, l’état d’un particule physique élémentaire (le spin), et jusqu’à la folie (« Du spinnst ! »). Ce nouveau quatuor de la compositrice française partagera l’affiche avec des commandes passées au jeune et éclectique Britannique Christian Mason ainsi qu’à la Franco-Américaine Betsy Jolas.

Clara Maïda ~ Mutatis Mutandis

 

Respectivement portées par les quatuors Van Kuijk (le 11 janvier), Goldmund (le 17) et Shanghai (le 18), les créations de Christian Rivet, Dobrinka Tabakova et Deqing Wen nous emmènent vers des territoires plus sensuels et poétiques. Le premier, par ailleurs luthiste virtuose, évoque un monde bruissant de réflexions, de flashbacks et d’échos, entremêlant les sons du balafon, de la tradition chorale africaine, des chants d’oiseaux et du jeu du vent et du silence dans une forme éloignée des canons de la tradition. Dobrinka Tabakova, quadragénaire britannico-bulgare hélas trop rare en France, puise dans une grande variété d’inspirations son Smile of the Flamboyant Wing (« le sourire de l’aile flamboyante »), titre qu’elle emprunte au peintre espagnol Joan Miró. Quant à l’Helvético-Chinois Deqing Wen, sa musique est profondément inspirée et influencée par la culture chinoise, particulièrement la philosophie, la peinture et la calligraphie : si elle présente des traits typiquement chinois, ceux-ci sont traités d’une façon très personnelle et passés au crible d’une technique occidentale complexe. Ce que l’on retrouvera dans Song of the Prairie.

WEN Deqing : Wind and Snow in the Night - at Arts2 (Mons-B)

 

Enfin, cet aperçu des diverses créations de la Biennale ne serait pas complet si l’on ne mentionnait le très original projet du Quatuor Béla : un concert qui réunit deux quatuors, l’un, classique, à cordes, et l’autre, plus inattendu, à anches et à sacs : le quatuor de sonneurs d’Erwan Keravec. Un projet atypique, certes, mais le Quatuor Béla nous a depuis longtemps déjà habitués aux expériences hors norme, avec un griot malien ou des musiciens palestiniens, par exemple. Pour cette nouvelle rencontre entre deux traditions, deux œuvres ont été commandées, l’une, pour quatre sonneurs, au Japonais Otomo Yoshihide, figure de proue de la musique expérimentale japonaise, et l’autre, réunissant les deux quatuors : Antienne pour les jours de fièvre de Frédéric Aurier, qui n’est autre qu’un violoniste du… Quatuor Béla.

Frédéric Aurier : Impressions d'Afrique par le Quatuor Bela

Quatuor Van Kuijk
Concert

Quatuor van Kuijk

Rivet, Rihm, Schumann
Saturday January 11 2020 - 15:00
Amphithéâtre - Cité de la musique
Quatuor Goldmund
Chamber Music

Quatuor Goldmund

Haydn, Tabakova, Mendelssohn
Friday January 17 2020 - 19:00
Amphithéâtre - Cité de la musique
Quatuor de Shanghai
Chamber Music

Quatuor de Shanghai

Beethoven, Wen, Schubert
Saturday January 18 2020 - 15:00
Amphithéâtre - Cité de la musique
Quatuor Kuss
Chamber Music

Quatuor Kuss

Poppe, Beethoven, Mantovani
Monday January 13 2020 - 19:00
Amphithéâtre - Cité de la musique
Quatuor Arditti
Concert

Quatuor Arditti

C. Mason, C. Maïda, B. Jolas
Tuesday January 14 2020 - 19:00
Amphithéâtre - Cité de la musique
Quatuor Béla
Chamber Music

Quatuor Béla

Jean Geoffroy - Augustin Muller - Olivier Pasquet - Harvey, Verunelli, Fourès
Thursday June 11 2020 - 20:30
Le Studio - Philharmonie
Impressions

Biennale de quatuors : de Beethoven au répertoire contemporain en 18 concerts

biennale_quatuor_-_voce_-_c_-_gil_lefauconnier_9.jpg

Anniversaire Beethoven oblige, honneur est rendu au corpus fondateur du compositeur, qui fait l’objet d’une intégrale. La musique d’aujourd'hui...