Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Week-ends

lieder et mélodies

Lied, mélodie, song, canzon, canción : autant de dénominations, variant selon les lieux et les époques, qui désignent un seul et même genre : la mise en musique de textes poétiques, avec accompagnement instrumental. Un répertoire fragile et intimiste exploré dans toute sa diversité lors de ce week-end de janvier.

Published on 28 October 2020
par Jérémie Szpirglas

 

Christian Gerhaher et Gerold Huber dans Winterreise

 

Franz Schubert occupe naturellement ici une place centrale, avec notamment deux de ses grands cycles, Le Voyage d’hiver et Le Chant du cygne, respectivement interprétés par le baryton Florian Boesch et son complice Malcolm Martineau (en soirée d’ouverture, le 23 janvier), et le baryton Christian Gerhaher et son acolyte Gerold Huber (pour clôturer la Biennale, le 29 janvier). L’abordant comme une musique de chambre vocale, Gerhaher et Huber se muent en conteurs au coin du feu. Boesch et Martineau préfèrent eux aussi l’intimisme au déferlement de sentimentalité : ils tissent le discours d’une diction douce, faite d’articulations souples et de nuances subtiles, mettant en lumière le doute, la vulnérabilité, la mélancolie qui habitent le recueil, sans verser dans un lyrisme exagéré.

 

Florian Boesch et Malcolm Martineau dans Le Chant du cygne

 

Schubert, encore, est avec son maître Beethoven au cœur d’un spectacle chorégraphique original imaginé par Thierry Thieu Niang (le 26 janvier). Celui-ci met aux prises deux ténors qui sont aussi père et fils, Christoph et Julian Prégardien, dont les voix si proches, accompagnées par l’Orchestre de Chambre de Paris et une récitante, sont l’occasion d’un jeu autour du double et du songe – des thèmes qui nourrissent profondément l’imaginaire romantique.

Schubert et Beethoven sont à nouveau réunis dans le Salon romantique du baryton Georg Nigl et de la pianiste Olga Pashchenko (sur piano Gebauhr de 1855), le 27 janvier. Ils mettent en perspective Vermischter Traum (Rêve mêlé), lied contemporain composé en 2017 par Wolfgang Rihm dont Nigl a déjà chanté l’opéra Jakob Lenz.

Georg Nigl dans l’opéra Jakob Lenz de Wolfgang Rihm

 

Car le genre du lied ou de la mélodie n’est évidemment pas l’apanage d’une période musicale définie : les compositeurs l’ont revisité à toutes les époques et continueront à le faire dans le futur. En témoigne le « Périple » proposé le 23 janvier par Élise Chauvin, accompagnée de la clarinette basse d’Alain Billard et des deux percussions et de l’accordéon du trio K/D/M. Ensemble, ils nous rappellent qu’une chanson c’est d’abord la symbiose entre un texte et une musique, un poète et un compositeur. Ils célèbrent ainsi deux duos de compositeurs/écrivains. La soprano française retrouve pour l’occasion Philippe Hurel, dont elle a déjà chanté Espèces d’espace d’après Georges Pérec, et qui, avec son complice l’écrivain Tanguy Viel, lui offre aujourd’hui Satori, en référence au concept japonais désignant l’éveil spirituel. Recherches littéraires et musicales vont donc ici de pair, Hurel et Viel partageant, outre un imaginaire, une même passion pour les « jeux » créatifs et un humour grinçant. De langage, il est aussi question dans A-Z de la Singapourienne d’origine et Française d’adoption Diana Soh : convaincue que la langue et sa musique forgent nos identités, la compositrice se joue des codes de l’alphabet anglais, avec la complicité du poète James Currie.

Elise Chauvin dans A is for Aiyah de Diana Soh et James Currie

 

Dans son récital Song Play (23 janvier), la grande mezzo Joyce DiDonato nous fait quant à elle traverser l’Atlantique, mariant répertoire opératique et jazz. Elle recycle ainsi, non sans humour, Duke Ellington et Benedetto Marcello, George Shearing et Giovanni Paisiello, Richard Rodgers et Alessandro Parisotti…

Joyce DiDonato : « Se tu m’ami / Star vicino » d’Alessandro Parisotti (arr. de Craig Terry pour ensemble jazz)

 

Mais bien d’autres ponts et passerelles seront jetés. Accompagné du jeune prodige de la guitare qu’est Thibaut Garcia, le chanteur Josep-Ramon Olivé nous invite le 23 janvier à traverser les Pyrénées à la découverte de toutes ces mélodies espagnoles et catalanes de Manuel de Falla, Gasull, Llobet, Nin, et autres Oltra et Sáinz de la Maza, en miroir, côté français, de celles d’un certain Maurice Ravel.

Josep-Ramon Olivé dans « Jo et pressentia com la mar » de Federico Mompou

 

S’agissant toujours de passerelles, Marlis Petersen dit au sujet des « Mondes intérieurs » qu’elle convoque en compagnie de Stephan Matthias Lademann le 24 janvier : « ce qui m’intéresse est de construire un pont pour emmener celui qui écoute sur un parcours musical. Et surtout, faire le lien entre « Mensch und Lied », les êtres humains et les mélodies. » Ensemble ils explorent ainsi l’âme humaine en mêlant Wagner, Fauré, Schubert, ainsi que les joyaux méconnus d’Hans Sommer, Richard Rössler ou Max Reger.

Marlis Petersen et Stephan Matthias Lademann : « Laüterung » de Richard Rössler (1880-1962)

 

Et n’oublions pas les tours du monde en chanson proposés aux familles par les élèves du Conservatoire de Paris et les musiciens de l’Orchestre de Paris, dans les allées du Musée de la Musique, ou dans le cadre d’ateliers de pratique collective.

 

Marlis Petersen
Recital

Mondes intérieurs

Marlis Petersen - Stephan Matthias Lademann - Brahms, Duparc, Fauré, Hahn, Liszt, Reger, Schubert...
Sunday January 24 2021 - 16:30
Amphithéâtre - Cité de la musique
Élise Chauvin
Vocal Concert

Périple

Élise Chauvin - Alain Billard - Trio K/D/M - Tanguy Viel - Soh, Hurel
Saturday January 23 2021 - 17:00
Le Studio - Philharmonie
Joyce DiDonato
Recital

Joyce DiDonato

Song Play
Sunday January 24 2021 - 19:00
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Josep-Ramon Olivé
Concert on period instruments

Salon espagnol

Josep-Ramon Olivé / Thibaut Garcia
Saturday January 23 2021 - 15:00
Amphithéâtre - Cité de la musique
Florian Boesch
Recital

Schubert / Voyage d’hiver

Florian Boesch - Malcolm Martineau
Saturday January 23 2021 - 20:30
Salle des concerts - Cité de la musique