Clés d'écoute
Salle de conférence - Philharmonie

Le gagaku impérial

Salle de conférence Salle de conférence © W. Beaucardet

Infos pratiques

  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 3 septembre 2018 à 19h45
Entrée libre
Animées par des personnalités du monde musical, spécialistes du sujet, les clés d'écoute sont de courtes conférences qui préparent l'esprit et l'oreille à l'écoute d'une oeuvre du concert qui suit.

Le Gagaku, Yayue en chinois, est un emprunt à la Chine. Il se trouve déjà cité dans Les Entretiens de Confucius.  Il y désigne la musique de cour, sans laquelle les rites ne pourraient être effectués. Les premiers textes japonais rapportent l’arrivée au Japon de musiciens offerts par un souverain coréen. Cette musique à la chinoise faisait partie des éléments indispensables pour se distinguer des barbares. En 1711, elle fut jouée pour accueillir l’ambassade coréenne. On voulait montrer que Shôgun était le véritable souverain en empruntant les rites de l’antiquité d’inspiration chinoises conservé à la cour de Kyôto. Par un étrange retournement, ce qui avait été conçu à l’origine comme ce qui permettait au Japon de se montrer aussi civilisée c’est-à-dire aussi sinisé que le continent, devint au fil du temps un objet de fierté nationale parce que le Japon avait su préserver un héritage antique disparu ailleurs,  et d’autre part, parce que cette musique jouée pour l’empereur et pour les dieux ne pouvait être que japonaise quelle qu’en fût son origine.

François MACE, professeur émérite de l’Institut national des langues et civilisations orientales, département de langue et civilisation japonaises, Centre d’études japonaises. Il a enseigné l’histoire de la pensée japonaise. Ses recherches et ses publications portent principalement sur le Japon archaïque (protohistoire et périodes d’Asuka et de Nara) les religions du Japon (rites funéraires, rites de succession), le shintô (ses rapports avec le bouddhisme, avec le christianisme), l’écriture du passé (mythes et histoire, l’historiographie à la chinoise) , le Kojiki (premier ouvrage japonais, ouvrage inclassable). Principales publications : La mort et les funérailles dans le Japon ancien, La structure des mythes du Kojiki (en japonais), (avec Mieko Macé) Le Japon d’Edo.

Intervenants

  • François Macé, conférencier

En lien avec ce concert

Spectacle

Gagaku Impérial

Dernières places