Collège
Salle de conférence - Philharmonie

La comédie musicale à l'écran

Composer de Broadway à Hollywood

Comédies musicales - Demoiselles de RochefortComédies musicales - Demoiselles de Rochefort © Ciné Tamaris / photo Hélène Jeanbrau

Infos pratiques

Jeudi 29 novembre 2018 à 15h00
65€ (le cycle) / 12€ (la séance)
Événement(s) passé(s)
Les rapports du public français au musical filmé sont chaotiques. Proliférant dans le monde anglo-saxon, il ne paraît susciter ailleurs que des imitations commerciales ou des hommages cinéphiliques pointus, excepté en Inde où il s’est forgé des codes autonomes. Pour ses commentateurs, le genre est paradoxal : futilité du divertissement, vulgarisation des formes nobles, mais aussi sens du spectacle total, utopie d’un monde rêvé, vivier de talents à l'inspiration inouïe ! Pour accompagner la première exposition au monde sur le sujet, des spécialistes font partager leur passion pour nous prouver que cette comédie musicale, respirant la « joie de vivre au cinéma », mérite aussi d’être prise au sérieux.

Alors que la dépression économique touche de plein fouet l’Amérique et Broadway, le cinéma parlant apparaît et fait les beaux yeux aux talents de la cote est. Jerome Kern, George Gershwin, Irving Berlin, Cole Porter…  Les principaux compositeurs de Broadway arrivent à Hollywood et découvrent une autre industrie, où ils deviennent certes essentiels mais pourtant fragiles à la merci de coupes au gré du montage. George Gershwin est furieux de voir sa partition pour le film Delicious coupée au montage ; la quasi-totalité des airs de Leonard Bernstein disparaissent de l’adaptation au cinéma de sa comédie musicale On the town. Certains compositeurs tels que Frank Loesser effectuent le chemin inverse : découvert dans les studios où il compose des chansons sur commande, il connaît ensuite le succès à Broadway avec des chefs d’œuvre tels que Guys and Dolls. Durant cette conférence,  nous découvrirons les différences pour un compositeur entre écrire pour un film et écrire pour Broadway, comment les œuvres de Broadway sont souvent largement remaniées pour le cinéma, et pourquoi Hollywood dès les années 50 puise dans le répertoire populaire de George Gershwin ou Richard Rodgers, pour créer des biopics musicaux et les premiers « juke box musical » : Singin in the rain, entièrement basé sur les chansons préexistantes de Nacio Herb Brown et Arthur Freed, ouvre ainsi la voie 50 ans plus tôt à Mamma Mia.
 
Laurent VALIERE anime « 42e rue » chaque dimanche à 13 h sur France Musique, magazine consacré à la comédie musicale. Il collabore au catalogue de l’exposition de la Philharmonie de Paris « Comédie musicale : la joie au cinéma » (Editions de La Martinière). Journaliste au service culture de France Info, il présente la chronique « L’Empire des séries ». Il est aussi auteur de « Cinéma d’animation : La French Touch » (Editions de La Martinière, Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma 2018).

Intervenants

  • Laurent Valière, conférencier