Concert symphonique

Princes des neiges

Orchestre national d'Île-de-France

Enrique Mazzola  Enrique Mazzola © E. Garault
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 24 janvier 2017 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Daniel Nelson
    Steampunk Blizzard (création, commande de l'Orchestre national d'Île-de-France)
  • Edvard Grieg
    Concerto pour piano
    Entracte
  • Piotr Ilitch Tchaïkovski
    Symphonie n° 5

Distribution

  • Orchestre national d'Île-de-France
  • Enrique Mazzola, direction
  • Alexander Gavrylyuk, piano
De la Norvège à la Russie en passant par la Suède... Le finale du Concerto de Grieg emprunte ses rythmes aux danses folkloriques tandis que la Cinquième Symphonie de Tchaïkovski (1888) est traversée par le thème du destin.

Parmi les concertos romantiques, celui d’Edvard Grieg (1868) est probablement le plus lyrique : virtuose et plein d’élan, il est marqué par la fougue de la jeunesse (Grieg n’avait que vingt-cinq ans lorsqu’il l’a écrit…). Les pianistes apprécient particulièrement cette musique généreuse aux parfums nordiques. L’Ukrainien Alexander Gavrylyuk interprète ce concerto comme personne. Formé à Kiev, il a remporté à quinze ans la prestigieuse médaille d’or du Concours international Horowitz. Sa vie s’est ensuite partagée entre l’Ukraine, l’Autriche, le Japon et l’Australie.  La Cinquième Symphonie de Tchaïkovski (1888) répond aux accents du Concerto de Grieg : nostalgique et puissante, elle reprend dans chacun des mouvements un thème (celui du « destin ») qui culmine dans de magnifiques sonneries de cuivres.
Production Orchestre national d'Île-de-France

En lien avec ce concert

Clé d'écoute

Grieg et Tchaïkovski

à l'écoute du romantisme allemand — 24/01/2017 - 19h45

Écouter et regarder

Orchestre National du Capitole de Toulouse, Tugan Sokhiev, direction, Nelson Freire, piano

Orchestre National du Capitole de Toulouse, Tugan Sokhiev, direction, Nelson Freire, piano