Concerts et activités autour de l’expo

Concerts et activités autour de l’expo

Deux événements dans lʼexposition

Soirée Al Musiqa – 7 juin

Jeudi 7 juin 2018 de 18h30 à 21h
L’exposition sera ouverte jusqu’à 22h ce soir-là.
Tarif : entrée gratuite pour l’exposition et les performances
Espace d’exposition – Philharmonie

L’exposition Al Musiqa s’anime avec des lectures, chorégraphies et moments musicaux. Avec Darina Al Joundi, comédienne, Jean-Paul Mehansio, chorégraphe, danseur et Stéphane Tsapis, pianiste.

Programme détaillé

Fête Al Musiqa – 21 juin

Jeudi 21 juin 2018 de 18h30 à 21h30
L’exposition sera ouverte jusqu’à 22h ce soir-là.
Tarif : entrée gratuite pour l’exposition et les performances
Espace d’exposition – Philharmonie

À l’occasion de la fête de la musique, l’exposition Al Musiqa accueille Darina Al Joundi, comédienne, Jean-Paul Mehansio, chorégraphe, danseur, Smail Kanouté, chorégraphe, danseur et Stéphane Tsapis, pianiste

Programme détaillé

Les artistes


Darina Al Joundi © Danielle Rizkhalla

Née en 1968, à Beyrouth, dans une famille d’intellectuels syrio-libanaise, Darina Al Joundi est inclassable. Actrice depuis l’âge de huit ans, elle n’a cessé depuis de passer devant et derrière la caméra. En 2001, à la mort de son père, écrire et jouer devient sa nouvelle forme d’expression. Depuis 2005 elle vit à Paris. C’est par le biais de ses pièces d’auto-fiction - Le jour où Nina Simone a cessé de chanter et Ma Marseillaise - qu’elle se fait connaître en France. Dans son nouvel ouvrage paru en mai 2017, Prisonnière du Levant, Darina Al Joundi s’est attachée à l’histoire de May Ziadé, la grande poétesse et romancière libanaise du début du XXe siècle. À travers elle, elle y raconte une part de son histoire personnelle de femme libre et féministe.

Jean-Paul Mehansio © Manuel Braun

Né le 2 janvier 1987 à Bangolo en Côte d’Ivoire, Jean-Paul Mehansio est diplômé en danse moderne, contemporaine et classique en Côte d’Ivoire et au Centre national de la danse de Pantin. Il vit et travaille en France depuis 2014. Danseur, interprète et chorégraphe, il a notamment joué et dansé pour Olivier Dubois, Karima Mansour, Salia Sanou, Christina Towles, Georges Momboye, entre autres.

Smail Kanouté © Philippe Lissac / Godong

Smail Kanouté est un artiste, issu de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris, à la fois graphiste, plasticien, danseur et chorégraphe. Il a fait partie de la troupe du spectacle Bitter Sugar de Raphaëlle Delaunay pendant deux années. Depuis 2014, il danse dans le spectacle Heroes de Radhouane El Meddeb. Il a présenté des performances au Cenquatre, à Mains d’œuvres, à l’Institut du monde arabe, à la Basilique de Saint Denis et à l’Institut des Cultures d’Islam.

Stéphane Tsapis © Pierrick Guidou

Stéphane Tsapis est compositeur, pianiste et professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de la Ville de Paris. En 2012, sort son premier disque Mataroa, fresque musicale et littéraire retraçant le parcours des exilés grecs de la guerre civile. Musicien voyageur, il multiplie les collaborations à l’étranger avec différents projets : Mexique (projet Paris-Mexico en 2012-2013), Japon (duo avec Maki Nakano en 2012, Grèce (The Immigrant avec l’orchestre symphonique d’Athènes en 2016), Roumanie (Stéphane Tsapis Trio, projet Border Lines en 2016), Le Piano oriental en 2017.
Son nouvel album Border Lines sort en mars 2016 sur le label Cristal Records distribué par Harmonia Mundi. Il y explore ses racines grecques avec beaucoup de liberté, accompagné de Marc Buronfosse à la contrebasse et Arnaud Biscay à la batterie. Parallèlement à sa carrière de pianiste, il compose de plus en plus pour le cinéma : il réalise notamment la bande originale du long-métrage Khaos, les visages humains de la crise grecque.

Deux week-ends autour de lʼexposition

Week-end Musiques arabes (1)

Du 6 au 8 avril

Le premier week-end consacré par la Philharmonie aux musiques arabes propose un voyage du oud au jazz et aux musiques urbaines. À l’occasion d’une Nuit du oud, Driss El Maloumi et Naseer Shamma donnent un nouvel essor à cet instrument historique, référence majeure de la musique classique arabo-andalouse, qu’Anouar Brahem emmène de son côté dans l’univers du jazz. La nouvelle scène électro est également présente avec le projet Love and Revenge de Rayess Bek et La Mirza, Lekhfa et 47Soul. De nombreux événements ponctuent le week-end : spectacle jeune public, concert-promenade, colloque, conférence, master-classe de oud

Concerts musiques arabes du 6 au 8 avril avec Driss El Maloumi et Naseer Shamma pour la Nuit du oud, Anouar Brahem, Love and revenge, Lekhfa et 47Soul

Week-end Musiques arabes (2)

Du 6 au 8 avril

L’oudiste Waed Bouhassoun fait revivre l’Alep des années 1930, un concert autour de l’Afrique arabisée réunit griots du désert et gnawas de Mauritanie, l’ensemble El Mawsili célèbre les musiques arabo-andalouses… Ce second week-end consacré par la Philharmonie de Paris aux musiques arabes culmine avec un concert hommage aux grandes divas de la chanson arabe (Oum Kalthoum, Fairouz, Asmahan, Leila Mourad…) associant les voix de l’Égyptienne Mai Farouk, de la Libanaise Abeer Nehme et de la Palestinienne Dalal Abu Amneh.