Doisneau et la musique

La carrière de Robert Doisneau a été ponctuée de rencontres musicales, toutes inspirantes pour son œil d’artiste. Des bals populaires aux fanfares, en passant par les cabarets, il a croisé musiciens de jazz et vedettes de son époque. Les photographies de ces instants, souvent inédites, sont rassemblées pour la première fois dans cette exposition.

En ethnographe de son époque, Robert Doisneau eut la curiosité d’aller partout. Muni de son inséparable appareil photo, il a sillonné Paris et sa banlieue dans tous les sens. Des bals populaires aux fanfares, en passant par les cabarets, il a croisé musiciens de jazz et vedettes de son époque. Homme de spectacle, pour qui l’image devait être mise en scène, il répondait toujours avec bonheur aux commandes de journaux pour immortaliser Georges Brassens, Juliette Gréco, Charles Aznavour, Claude François… et, bien sûr, son ami le violoncelliste Maurice Baquet.

Maurice, ami dans la vie et complice des balades buissonnières du photographe, et son violoncelle ont été des modèles merveilleux. Une large centaine de photographies est ici rassemblée. Au-delà de la facétie et des rires qui s’en dégagent, l’exposition rassemble toute la magie du travail de l’artiste : montages, trucages, photomontages, collages, déformations et fractionnements.

Loin de la nostalgie, l’exposition permet de découvrir une autre facette du photographe, plus inattendue : un homme résolument tourné vers demain, heureux d’immortaliser une nouvelle génération de musiciens dans les années 1980, comme les Rita Mitsouko, Les Négresses vertes, ou encore Pierre Schaeffer et Pierre Boulez.

Toutes ces photographies nous dévoilent un homme au travail qui a passé sa vie à courir derrière l’imprévisible et la surprise. Conçue par Clémentine Deroudille, petite-fille du photographe et, notamment, commissaire de l’exposition Barbara, cette joyeuse balade sera mise en musique par les Moriarty et mise en scène par Stephan Zimmerli, musicien et graphiste du groupe.

Commissariat

  • Clémentine Deroudille

Avec le soutien de la Fondation SWISS LIFE.

Crédit photo : Aubade pour Manhattan © Atelier Robert Doisneau