Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Enfants & familles

Pour des raisons techniques, nous n’avons pas pu ouvrir à la vente les activités et spectacles enfants et famille. La mise en vente est reportée au jeudi 2 juin, 12h.

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

1772 – Le Quatuor à cordes op. 20 n° 5 de Joseph Haydn

Considéré comme le « père » du quatuor à cordes, Haydn a composé presque soixante-dix partitions pour cette formation, à laquelle il est revenu tout au long de sa vie. Écrits en 1772, les six Quatuors op. 20 posent les bases durables du genre. Et si le premier violon reste la prima donna de l’ensemble, chacune des voix acquiert son indépendance.

Joseph Haydn : Quatuor à cordes op. 20 n° 5 • Quatuor Danel

Enregistré le 13 janvier 2018 (Salle des concerts - Cité de la musique)

1783 – Le Quatuor à cordes K 421 de Wolfgang Amadeus Mozart

Composé en 1783, le Quatuor K 421 de Mozart fait partie d’un ensemble dédié à Haydn (« Au père, à l’ami »). C’est un classique du répertoire et l’un des plus connus du compositeur. Avec cet hommage au père fondateur du genre, l’élève se hisse au niveau du maître : le quatuor de Mozart est doté de dimensions et d’une intensité inédites jusque-là.

Wolfgang Amadeus Mozart : Quatuor à cordes K 421 • Quatuor Modigliani

Enregistré le 24 janvier 2016 (Salle des concerts - Cité de la musique)

1825 – Le Quatuor à cordes n° 15 de Ludwig van Beethoven

Beethoven a abordé le quatuor à cordes en trois périodes, marquant à jamais l’histoire du genre, qui avec lui devient le creuset d’une invention sans limites. Ses derniers opus (les Quatuors n° 12 à 16 et la Grande Fugue), testaments visionnaires auxquels il consacre la fin de sa vie, sont un sommet de l’histoire de la musique.

Ludwig van Beethoven : Quatuor à cordes n° 15 • Quatuor Danel

Enregistré le 13 janvier 2018 (Salle des concerts - Cité de la musique)

1826 – Le Quatuor à cordes n° 15 de Franz Schubert

Dernier quatuor à cordes composé par Franz Schubert, le Quatuor n° 15, en quatre mouvements, fait preuve d’une ambition quasi symphonique. Parcouru de trémolos, jouant de contrastes extrêmes, intensément expressif, il fait preuve d’une liberté dans le cheminement tonal caractéristique du compositeur, et est tout entier habité d’un sentiment de tragique.

Franz Schubert : Quatuor à cordes n° 15 • Quatuor Modigliani

Enregistré le 17 janvier 2022 (Salle des concerts - Cité de la musique)

1842 – Le Quatuor à cordes n° 3 de Robert Schumann

Schumann a composé trois quatuors à cordes, publiés conjointement et dédiés à Felix Mendelssohn. S’ils s’inscrivent dans la tradition du genre, ils se distinguent par leur ton très personnel, notamment le Quatuor n° 3. Le compositeur y explore de multiples climats, des plus sombres aux plus effrénés en passant par des moments de lyrisme intenses.

Robert Schumann : Quatuor à cordes n° 3 • Quatuor Ysaÿe

Enregistré le 21 janvier 2012

1873 – Le Quatuor à cordes n° 2 de Johannes Brahms

Les ombres de Beethoven et Schubert ont longtemps empêché Brahms de se satisfaire de ses tentatives dans le domaine du quatuor à cordes. Il est pourtant parvenu, dans ses trois quatuors publiés, à lui imprimer sa patte : ampleur du geste, allant, richesse sonore. Son Quatuor n° 2, du lyrisme de son premier thème aux couleurs tziganes de son finale, en témoigne.

Johannes Brahms : Quatuor à cordes n° 2 • Quatuor Borodine

Enregistré le 16 janvier 2010

1893 – Le Quatuor à cordes de Claude Debussy

Composé à la fin du XIXe siècle, l’unique quatuor à cordes de Debussy est une porte ouverte sur le XXe siècle. Bien qu’il soit de facture classique, en quatre mouvements, ses sonorités, sa couleur modale, ses innovations renouvellent profondément l’écriture pour cette formation, qui passe tout naturellement du pathos romantique aux irisations de l’impressionnisme.

Claude Debussy : Quatuor à cordes • Quatuor Ysaÿe

Enregistré le 24 janvier 2014

1938 – Le Quatuor à cordes op. 28 d’Anton Webern

Le quatuor à cordes se fait le témoin de la révolution opérée par la deuxième école de Vienne. Dernière des partitions dédiées par Webern au genre, le Quatuor op. 28 fait montre d’une extrême concentration dans l’expression et la technique de composition (le sérialisme). S’il se réfère explicitement à la tradition, il est d’une modernité qui surprend encore aujourd’hui.

Anton Webern : Quatuor à cordes op. 28 • Michael Barenboim (violon 1), Yamen Saadi (violon 2), Yulia Deyneka (alto), Sennu Laine (violoncelle)

Enregistré le 8 septembre 2018

1960 – Le Quatuor à cordes n° 8 de Dmitri Chostakovitch

Chostakovitch souhaitait composer vingt-quatre quatuors à cordes, il en a achevé quinze, autant que de symphonies. C’est dans ce corpus massif et singulier que se cachent, à l’abri des brimades du régime soviétique, ses pensées les plus intimes. Caractéristiques du compositeur, la noirceur, l’ironie et le grotesque colorent ce Quatuor n° 8.

Dmitri Chostakovitch : Quatuor à cordes n° 8 • Quatuor Borodine

Enregistré le 20 janvier 2016 (Salle des concerts - Cité de la musique)

2009 – Le Quatuor VII « OpenTime » de Pascal Dusapin

Né à l’ère classique, le quatuor à cordes poursuit aujourd’hui son histoire et ses métamorphoses sous la plume des compositeurs de notre temps. Quand certains d’entre eux rompent avec son héritage, d’autres le prolongent, comme Pascal Dusapin dans son Quatuor VII, sous-titré « OpenTime » (21 variations pour quatuor à cordes).

Pascal Dusapin : Quatuor VII « OpenTime » • Quatuor Arditti

Enregistré le 16 janvier 2010

Le Magazine