Notes de passage

A+AA-Print

Brève

Baryton et basse, quelle différence ?

Publié le 13 Septembre 2018

À l’opéra, ils sont tantôt les méchants, tantôt les amis, tantôt les pères. Avec leur voix grave et profonde, les barytons et les basses ont tout pour séduire les oreilles les plus exigeantes !

Baryton lyrique, à lui la mélodie

Chez les hommes, la voix la plus répandue est celle de « baryton Martin ». Pourtant, peu de rôles lui sont réservés ! Son nom fait écho à celui du chanteur du XVIIIe siècle Jean-Blaise Martin. Située à la frontière entre la voix de ténor et la voix de baryton, elle peut sembler plutôt aiguë. Il faut chercher du côté de l’opéra français et du Pelléas de Debussy (1902) pour en trouver l’un des exemples les plus frappants.

Jacques Jansen – Pelléas et Mélisande de Claude Debussy : Act III, scène 1

Jacques Jansen – Pelléas et Mélisande de Claude Debussy : Act III, scène 1

Le baryton lyrique a quant à lui une voix suave et mélodieuse. Elle n’est d’ailleurs pas tellement éloignée de celle du ténor dramatique. Elle met en valeur les personnages joyeux, parfois alliés du héros ou de l’héroïne. Marcello (La Bohème de Puccini), Mercutio (Roméo et Juliette de Gounod) et Valentin (Faust de Gounod) en sont quelques exemples. Jean-François Lapointe et Thomas Hampson figurent parmi leurs interprètes.

Michel Dens – Roméo et Juliette de Charles Gounod : Ballade de la reine Mab

Michel Dens – Roméo et Juliette de Charles Gounod : Ballade de la reine Mab

Le baryton lyrique s’approprie également des personnages plus sombres comme Zurga dans Les Pêcheurs de perles de Bizet.

Florian Sempey – Les Pêcheurs de perles de Georges Bizet : « L’orage s’est calmé »

Florian Sempey – Les Pêcheurs de perles de Georges Bizet : « L’orage s’est calmé »

Le baryton Verdi, grand rival du ténor

Comme son nom l’indique, le baryton Verdi bénéficie d’un large répertoire chez le maestro italien. À la fois ronde et puissante, sa voix peut aussi contre toute attente atteindre des notes très aiguës comme le la, notamment dans Otello. Verdi lui a offert quelques rôles titres comme ceux de Rigoletto ou Simon Boccanegra. Parmi ses interprètes, on compte notamment Leo Nucci et Piero Cappuccilli.

Leo Nucci – Rigoletto de Verdi : « Cortigiani, vil razza dannata »

Leo Nucci – Rigoletto de Verdi : « Cortigiani, vil razza dannata »

Avec ses rôles d’ampleur, le baryton Verdi vole quelquefois la vedette au ténor ! Il est ainsi Germont dans La Traviata, Le Comte de Luna dans Le Trouvère, Renato dans Un bal masqué. Ludovic Tézier en est aujourd’hui l’un des plus grands représentants.

Ludovic Tézier – Don Carlos de Verdi : « Oui, Carlos… Carlos, écoute »

Ludovic Tézier – Don Carlos de Verdi : « Oui, Carlos… Carlos, écoute »

Baryton-basse, une voix pour les méchants !

Située à la frontière des deux registres, cette voix est chaleureuse et profonde. La plupart du temps, les compositeurs lui confient des rôles d’envergure. Si le baryton-basse incarne parfois des rôles débonnaires comme celui de Figaro dans Les Noces de Figaro de Mozart, il est la plupart du temps celui qui vient briser le destin des héros. Il peut être un criminels, comme Don Giovanni chez Mozart et Boris Godounov chez Moussorgski.

Dmitri Hvorostovsky – Boris Godounov de Modeste Moussorgski : « Dostig ya vyshey vlasti »

Dmitri Hvorostovsky – Boris Godounov de Modeste Moussorgski : « Dostig ya vyshey vlasti »

Viennent ensuite les manipulateurs avec Scarpia dans Tosca de Puccini et le redoutable Méphistophélès dans La Damnation de Faust de Berlioz et Faust de Gounod.

Bryn Terfel – Tosca de Giacomo Puccini : Te Deum

Bryn Terfel – Tosca de Giacomo Puccini : Te Deum

Ce type de voix peut être rapproché de celle de la basse chantante, au timbre légèrement plus grave mais non moins suave. Encore une fois, c’est chez Verdi qu’on la rencontre le plus souvent, notamment dans le rôle de Philippe II de Don Carlos.

Ildar Abdrazakov – Don Carlos de Giuseppe Verdi : « Je dormirai dans mon manteau royal »

Ildar Abdrazakov – Don Carlos de Giuseppe Verdi : « Je dormirai dans mon manteau royal »

La basse bouffe, drôle mais virtuose

Si sa tessiture est à peu près la même, à l’inverse de la basse chantante, la basse bouffe est réservée aux personnages comiques, légers. Et si le lyrisme caractérise la première, la seconde brille davantage par sa virtuosité. Ce sont surtout les rôles de bel canto qui la mettent en valeur, comme Don Pasquale chez Donizetti et Mustafà dans L’Italienne à Alger de Rossini.

Thomas Hampson et Luca Pisaroni – Don Pasquale de Gaetano Donizetti : « Cheti cheti immantinente »

Thomas Hampson et Luca Pisaroni – Don Pasquale de Gaetano Donizetti : « Cheti cheti immantinente »

La basse profonde, entre respect et terreur

Le Commandeur (Don Giovanni de Mozart), Sarastro (La Flûte enchantée de Mozart)… Les personnages de fantôme ou de grand prêtre sont pour elle ! Sombre, solennelle, la basse profonde est la voix masculine la plus grave. En raison de ses nobles accents, on lui attribue souvent des rôles de personnages sacrés. Les chanteurs qui la possèdent revêtiront donc par exemple les habits de Ramfis, le grand prêtre d’Aïda de Verdi, du Grand Inquisiteur de Don Carlos de Verdi et de Sénèque dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi. Parmi leurs interprètes, on peut citer Matti Salminen, Kurt Moll et James Morris. Face à leur profondeur, il y a de quoi trembler !

Matti Salminen – Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart : « Don Giovanni, a cenar teco »

Matti Salminen – Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart : « Don Giovanni, a cenar teco »

Charlotte Landru-Chandès

Valery Gergiev
Opéra concert

Siegfried - Wagner

Orchestre du Mariinsky - Valery Gergiev
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Samedi 22 septembre 2018 - 19:00
Valery Gergiev
Opéra concert

Le Crépuscule des dieux - Wagner

Orchestre et Chœur du Mariinsky - Valery Gergiev
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Dimanche 23 septembre 2018 - 16:30
Édouard Signolet
Concert en famille

Le Ring de poche

La Symphonie de Poche - Nicolas Simon
Salle des concerts - Cité de la musique
Samedi 22 septembre 2018 - 16:30
Fiona McGown
Concert-promenade au Musée

Wagner de face et de profil

Chant, piano, conte et lecture
Musée de la musique - Cité de la musique
Du dimanche 23 septembre 2018 au dimanche 23 septembre 2018

Soprano léger, lyrique, dramatique… Quelle est la différence ?

À l’opéra, c’est souvent à elles que revient le rôle de l’héroïne. À l’aise dans l’aigu et solides dans le medium, nombreuses sont les chanteuses qui possèdent une voix de soprano. Mais le tout est encore de déterminer de quel type de soprano il s’agit…

Mezzo-soprano et contralto, qu’est-ce que c’est ?

Séduits par leur timbre rond et grave, nombre de compositeurs leur ont offert certaines des plus belles pages d’opéra.