Notes de passage

A+AA-Print

Brève

Playlist : l'héritage de Steve Reich

Publié le 10 Novembre 2016

Le 13 novembre, Chassol, Matmos et s t a r g a z e rendront dans le cadre de Réverbérations un hommage à l’un des pionniers de la musique minimaliste, Steve Reich. Le compositeur influence depuis des générations la musique pop, rock et contemporaine : la preuve en dix titres.

Avec Philip Glass et Terry Riley, il est peut-être l’un des noms les plus connus de la musique contemporaine. Avec des pièces comme Music for 18 Musicians ou Piano Phase, Steve Reich a en effet inspiré de nombreux artistes, de Brian Eno à Christophe Chassol. Une inspiration qui n’est pas à sens unique : Steve Reich a ainsi récemment samplé des titres de Radiohead (Jonny Greenwood, le guitariste du groupe, est un grand fan de l’œuvre de Reich) pour une nouvelle composition, Radio Rewrite. La transmission ne s’arrêtera donc jamais, comme le prouvent ces dix titres, portant tous le sceau du génial compositeur américain.

« Little Fluffy Clouds » de The Orb

C’est peut-être l’un des hommages les plus évidents. Pour ce titre sorti en 1990, The Orb sample Electric Counterpoint de Reich. Ce qui lui permettra de rencontrer un grand succès.

« Six Pianos » de Kerri Chandler

Le DJ américain, maître de la deep house, rend ici hommage à Steve Reich en samplant sa pièce Six Pianos, qu’il transforme en machine à danser.

« Pendulum Music » de Sonic Youth

En 1999, les inclassables Sonic Youth décident de reprendre pour leur album SYR4: Goodbye 20th Century cette pièce de Steve Reich. Le mouvement de balancier hante tout le morceau.

« St Elmo’s Fire » de Brian Eno

C’est sans doute sur l’album Another Green World de Brian Eno que l’influence de Steve Reich sur l’ex-membre de Roxy Music se manifeste de la manière la plus évidente. Une influence qui planera longtemps sur le travail d’Eno.

« Weeping Wall » de David Bowie

Quelques années après Another Green World (deux précisément), Brian Eno produit Bowie et rajoute des nuances de Steve Reich dans sa musique, comme sur ce « Weeping Wall » où s’invitent les xylophones.

« Love on a Real Train » de Tangerine Dream

Bande originale du film Risky Business, « Love on a Real Train » de Tangerine Dream s’inspire (vraiment) beaucoup de Music for 18 Musicians de Steve Reich, avec la même progression et tension.

« Soon » de My Bloody Valentine

L’album Loveless de My Bloody Valentine porte les stigmates de Steve Reich, et plus particulièrement « Soon » avec son goût prononcé pour la répétition.

« Autobahn » de Kraftwerk

Ils ont déjà partagé la même scène. Kraftwerk et Steve Reich ont en effet beaucoup de choses à se dire, et le groupe allemand doit énormément à l’Américain, notamment sur l’album Autobahn où l’humain s’épanouit derrière la machine.

« Stab Variation » de Tim Hecker

Pour l’album Virgin, Tim Hecker cherchait une ambiance proche de celle de la période 70’ de Steve Reich, « comme si des chiens attaquaient les haut-parleurs » : il déclara néanmoins que cette tentative avait été un échec.

« Odissi » de Christophe Chassol

Que serait cette liste sans Chassol ? L’occasion en tout cas de finir sur « Odissi », petit bijou qui boucle au fil du temps.

 

 

Marine Normand

Grande salle Pierre Boulez
Concert

Réverbérations

Chassol - s t a r g a z e - Matmos
Dimanche 13 novembre 2016 - 20:30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie