Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Impressions

Équinoxe, plongée dans l’océan du rêve

Claire Bardainne, plasticienne et scénographe, et Adrien Mondot, informaticien et jongleur, inventent des paysages chimériques et numériques. Équinoxe est la rencontre entre leur univers numérique et celui de la musique instrumentale pop et jazz du groupe Limousine.

Publié le 26 Septembre 2019
par Jérôme Provençal

equinoxe_-_image_de_recherche_c_adrien_m_claire_b.jpgAdrien M.& Claire B

Adrien Mondot – artiste pluridisciplinaire, informaticien et jongleur – et Claire Bardainne – plasticienne, graphiste et scénographe – croisent leurs trajectoires en 2010. Au sein de la compagnie Adrien M & Claire B, qu’ils codirigent depuis 2011, ils réalisent des créations au croisement des arts numériques et des arts vivants (installations, expositions, spectacles) dans lesquelles l’humain tient une place centrale. Concevant eux-mêmes des outils informatiques sur mesure, ils développent un langage à la fois technologique et poétique, continûment renouvelé. Aussi singulier que mouvant, leur univers artistique oscille du réel au virtuel et ouvre d’infinies perspectives d’exploration sensible.

amcb-portraits-2014-re1403_6902rromainetienne.jpgRomain Etienne

Équinoxe, leur toute nouvelle création, résulte de la rencontre avec le groupe Limousine. Composé de Laurent Bardainne (saxophones, claviers), Maxime Delpierre (guitare), David Aknin (batterie, électroniques) et Frédéric Soulard (synthétiseurs), ce quatuor parisien véhicule une musique instrumentale très élégante et entêtante, quelque part entre pop-rock, jazz et électro (avec quelques relents de dub). En route depuis 2005, Limousine affiche déjà quatre albums au compteur, le dernier – L’été suivant – étant paru au printemps 2019.

limousine_-_siamroads003_c_agnes_dherbeys_hd.jpgAgnès Dherbeys

« Limousine fait naître et défiler de grands paysages que, d’une certaine manière, nous observons depuis les fenêtres de leur voiture, déclare Adrien Mondot. Pour nous, cela évoque vraiment un road-movie musical, qui nous touche et nous inspire beaucoup, l’absence de paroles laissant encore plus d’espace à l’imaginaire. » La musique du groupe s’accorde ainsi parfaitement avec l’univers visuel de la compagnie Adrien M & Claire B – un univers minimaliste, non figuratif, fluctuant et éphémère, qui laisse lui aussi toute latitude à l’imaginaire.

S’il existe un lien de parenté entre Claire Bardainne et Laurent Bardainne (ils sont cousins), Équinoxe n’est pas pour autant une affaire de famille, la Philharmonie de Paris ayant impulsé cette collaboration pour de strictes raisons artistiques. « Laurent et moi nous connaissons peu, explique Claire Bardainne. Nous ne nous voyons pas souvent mais nous avons bien sûr des affinités personnelles et nous éprouvons un vrai plaisir à travailler ensemble sur ce projet. Ceci dit, nous n’aurions sans doute pas osé nous lancer dans le projet si la Philharmonie ne nous l’avait pas suggéré – sans savoir que nous étions cousins. »

Semblable à un ciné-concert augmenté, Équinoxe se déploie à partir d’une œuvre antérieure de la compagnie Adrien M & Claire B, en l’occurrence Hakanaï, pièce créée en 2013. Au centre du dispositif scénique se dresse une boîte en tulle, de 4 m x 4 m, dans laquelle évolue une danseuse – ici Akiko Kajihara. Animées et agencées en direct, des images à base de points, de lignes et de mouvements de particules sont projetées sur chaque face de la boîte en tulle, donnant l’impression que la danseuse se trouve à l’intérieur des images.

« Elle est dans un monde d’images, précise Claire Bardainne, et on ne sait pas s’il s’agit d’un monde extérieur ou d’une projection de son monde intérieur. L’équinoxe est le moment où le monde de la nuit et des rêves se déverse dans le jour, dans une réversibilité où imaginaire et réel se confondent. Dans Equinoxe, nous jouons ainsi beaucoup sur ce rapport entre intérieur et extérieur, jour et nuit, rêve et réalité. »

À cette texture visuelle d’une extrême finesse, semblable à de la dentelle high-tech, s’ajoute la musique, tout aussi sophistiquée et enveloppante. Réinterprétant divers morceaux de leur répertoire, les membres de Limousine sont positionnés aux quatre coins de la boîte centrale. « La musique apporte une dimension vraiment différente au dispositif, elle l’emmène ailleurs, remarque Claire Bardainne. Quant à nous, nous jouons de l’image comme d’un instrument, en live. Par conséquent, un véritable dialogue musical s’établit entre nous et Limousine, un peu à la façon d’une jam-session. De la même manière, nos images et Akiko Kajihara dansent ensemble. »

Installés au plus près de l’action, en carré, les spectateurs font pleinement partie de ce dispositif immersif, très suggestif et ouvert à l’interprétation de chacun(e). Baignant dans un flux ininterrompu d’images, de notes et de mouvements, ils flottent tout du long à la lisière entre le jour et la nuit, encore un peu ancrés dans le réel mais irrésistiblement happés par l’océan du rêve.

 

Hakanaï de Adrien M & Claire B
Du samedi 19 octobre 2019 au dimanche 20 octobre 2019
Salle des concerts - Cité de la musique