Notes de passage

A+AA-Print

Perspectives / Lectures

Feuilleton Berlioz : Berlioz triomphe encore de Cherubini

Dans ses Mémoires, Hector Berlioz évoque avec ironie un pan de la genèse de son Requiem. Cet épisode est l’occasion pour lui de se venger une fois de plus de l’influent directeur du Conservatoire de Paris.

Publié le 4 Février 2019

À peine la nouvelle de la prochaine exécution de mon Requiem, dans une cérémonie grandiose et officielle comme celle dont il s’agissait, fut-elle apportée à Cherubini, qu’elle lui donna la fièvre. Il était depuis longtemps d’usage qu’on fît exécuter l’une de ses messes funèbres (car il en a fait deux), en pareil cas. Une telle atteinte portée à ce qu'il regardait comme ses droits, à sa dignité, à sa juste illustration, à sa valeur incontestable, en faveur d’un jeune homme à peine au début de sa carrière et qui passait pour avoir introduit l’hérésie dans l’école, l’irrita profondément. Tous ses amis et élèves, Halévy en tête, partageant son dépit, se mirent en course pour conjurer l’orage et le diriger sur moi ; c’est-à-dire pour obtenir qu’on dépossédât le jeune homme au profit du vieillard. Je me trouvai même un soir au bureau du journal des Débats, à la rédaction duquel j’étais attaché depuis peu et dont le directeur, M. Bertin, me témoignait la plus active bienveillance, lorsque Halévy s’y présenta. Je devinai du premier coup l’objet de sa visite. Il venait recourir à la puissante influence de M. Bertin pour aider à la réalisation des projets de Cherubini. Cependant un peu déconcerté de me trouver là, et plus encore par l’air froid avec lequel M. Bertin et son fils Armand l’accueillirent, il changea instantanément la direction de ses batteries. Halévy ayant suivi M. Bertin le père dans la chambre voisine, dont la porte resta ouverte, je l’entendis dire « que Cherubini était extraordinairement affecté de ce qui arrivait, mais affecté au point d’en être malade au lit ; qu’il venait, lui Halévy, prier M. Bertin d’user de son pouvoir pour faire obtenir à titre de consolation la croix de commandeur de la Légion d’honneur à l’illustre maître ». La voix sévère de M. Bertin l’interrompit alors par ces paroles: « Oui, mon cher Halévy, nous ferons ce que vous voudrez pour qu’on accorde à Cherubini une distinction bien méritée. Mais s’il s’agit du Requiem, si l’on propose quelque transaction à Berlioz au sujet du sien, et s’il a la faiblesse de céder d’un cheveu, je ne lui reparlerai de ma vie. » Halévy dut se retirer un peu plus que confus avec cette réponse.

Ainsi le bon Cherubini qui avait voulu déjà me faire avaler tant de couleuvres, dut se résigner à recevoir de ma main un boa constrictor qu'il ne digéra jamais.

 

Hector Berlioz, Mémoires (éd. Pierre Citron), Flammarion, 1991, p.271-272.

Pablo Heras-Casado
Concert vocal

Berlioz / Requiem

Orchestre de Paris - Orchestre du Conservatoire de Paris - Pablo Heras-Casado - Lutoslawski, Berlioz
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Du mercredi 20 février 2019 au jeudi 21 février 2019
Lectures

Feuilleton Berlioz: première rencontre avec Cherubini

Berlioz par Étienne Carjat

En 1822, la bibliothèque du Conservatoire de Paris est le théâtre d'une scène cocasse entre le jeune Berlioz et le directeur de l'établissement...