Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Live

IBRAHIM MAALOUF

L'hommage d'Ibrahim Maalouf à Oum Kalthoum met en valeur la spiritualité commune entre la tradition orale arabe et les musiques électroniques appréciées par la jeunesse occidentale.

Publié le 8 Décembre 2015

Élevé au son d’Oum Kalthoum toute son enfance (« J’ai appris à chanter ses chansons avant même de savoir jouer de la trompette », confie-t-il), Ibrahim Maalouf a toujours essayé de mélanger mélodies orientales, rythmiques pop, sonorités électro et échappées jazz. Depuis son premier album Diasporas (2007) jusqu’à son opéra hip-hop avec Oxmo Puccino, Au Pays d’Alice (2014), cette schizophrénie fertile habite toute son œuvre et guide toutes ses rencontres, de Sting à Vincent Delerm en passant par Natacha Atlas ou Grand Corps Malade. Et le trompettiste français né à Beyrouth l’assume à 100% : « Je revendique cette division autant culturelle qu’artistique. Je trouve qu’il y a un vrai plaisir à être en même temps dans le passé et dans le futur, dans l’acoustique et de l’électrique, dans le tempérament et dans l’atonalité, dans la rythmicité et l’arythmicité. »

« Red & Black Light » est une rêverie électro-pop qui rend hommage aux femmes de sa vie (et de sa famille), avec un combo biberonné au groove du pianiste belge Eric Legnini.

Ibrahim Maalouf - "Red & Black Light"
Concert

Ibrahim Maalouf

Red & Black Light
Bloc place date
Salle des concerts - Cité de la musique
Du samedi 12 décembre 2015 au lundi 14 décembre 2015