Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Live

IBRAHIM MAALOUF

Publié le 8 Décembre 2015

L'hommage d'Ibrahim Maalouf à Oum Kalthoum met en valeur la spiritualité commune entre la tradition orale arabe et les musiques électroniques appréciées par la jeunesse occidentale.

Élevé au son d’Oum Kalthoum toute son enfance (« J’ai appris à chanter ses chansons avant même de savoir jouer de la trompette », confie-t-il), Ibrahim Maalouf a toujours essayé de mélanger mélodies orientales, rythmiques pop, sonorités électro et échappées jazz. Depuis son premier album Diasporas (2007) jusqu’à son opéra hip-hop avec Oxmo Puccino, Au Pays d’Alice (2014), cette schizophrénie fertile habite toute son œuvre et guide toutes ses rencontres, de Sting à Vincent Delerm en passant par Natacha Atlas ou Grand Corps Malade. Et le trompettiste français né à Beyrouth l’assume à 100% : « Je revendique cette division autant culturelle qu’artistique. Je trouve qu’il y a un vrai plaisir à être en même temps dans le passé et dans le futur, dans l’acoustique et de l’électrique, dans le tempérament et dans l’atonalité, dans la rythmicité et l’arythmicité. »

« Red & Black Light » est une rêverie électro-pop qui rend hommage aux femmes de sa vie (et de sa famille), avec un combo biberonné au groove du pianiste belge Eric Legnini.

Ibrahim Maalouf - "Red & Black Light"
Concert

Ibrahim Maalouf

Red & Black Light
Salle des concerts - Cité de la musique
Du samedi 12 décembre 2015 au lundi 14 décembre 2015