Notes de passage

A+AA-Print

Musique illustrée / Archives vivantes

La biennale en ses créations

Publié le 12 Décembre 2017

Si le quatuor à cordes est né il y a 250 ans à Vienne, comme le célèbre fort justement cette Biennale 2018, il ne laisse depuis personne indifférent dans le monde musical. En témoigne l’important programme de créations qui, venues de toute l’Europe, rythmeront ces dix jours de concerts.

par Jérémie Szpirglas

Edith Canat de Chizy - "En noir et or" - Quatuor à cordes n°4

 

Pour affronter l’Everest de la musique de chambre (Haydn, Mozart, Beethoven, Schubert, Bartók, Schönberg…), certains compositeurs préfèrent parfois se tourner vers des sources d’inspiration extra-musicales. Ainsi la Française Édith Canat de Chizy, dont le tropisme pictural est bien connu : donné le 13 janvier en première française par le Quatuor Van Kuijk, son Quatuor n° 4 fait référence à un tableau de Whistler au titre ô combien musical : Nocturne en noir et or.

Lui aussi passionné de peinture, Hugues Dufourt remonte à la Venise de la Renaissance, rehaussée des couleurs du Titien, avec Le Supplice de Marsyas, porté par les Arditti le 16 janvier. Ce fameux quatuor, dont la réputation dans le domaine de la création n’est plus à faire, créera également, au cours du même concert, le Quatuor n° 8 de James Dillon, son compagnon de route de longue date, ainsi que la première tentative dans le genre de Philippe Hurel. Son titre, Entre les lignes, ne doit toutefois pas nous tromper : bien qu’évoquant le dessin ou la littérature, il est bien plus probable qu’il s’agisse là, de la part de l’impétueux compositeur français, d’une métaphore purement musicale – entre les lignes de la polyphonique quartettiste…

 

James Dillon - String Quartet No. 2

James Dillon : Quatuor à cordes n° 2

Les plus jeunes générations de compositeurs ne sont pas en reste avec notamment la création des seconds quatuors de deux quadragénaires : celui du Tchèque Miroslav Srnka, dont chaque partition, aux inspirations variées, aspire à une expérience d’écoute singulière, sera défendu par le Quatuor Diotima. Neben, de l’Italien Aureliano Cattaneo, qui n’aime rien tant que se jouer de la lutherie et de son histoire, sera confié aux bons soins du Quatuor Casals. Se confrontant lui aussi à un modèle du genre – celui, célébrissime, de Mozart – l’Allemand Jörg Widmann interprétera lui-même à la clarinette son Quintette pour clarinette et cordes, en compagnie du Quatuor Hagen.

 

Jörg Widmann - Fantasie für Klarinette solo

Jörg Widmann : Fantaisie pour clarinette solo

Enfin, dans le cadre de cette huitième Biennale, la musique contemporaine n’oublie pas les plus jeunes publics : Élise Caron et le Quatuor Béla leur dédient le conte musical Mabinogion, pour lequel le poète Arthur Lestrange et le compositeur (et violoniste) Frédéric Aurier se sont inspirés de traditions orales celtiques.

Quatuor Van Kuijk
Concert

Rising Stars Quatuor van Kuijk

Beethoven, Webern, Canat de Chizy, Schubert
Amphithéâtre - Cité de la musique
Samedi 13 janvier 2018 - 11:00
Quatuor Danel
Musique de chambre

Quatuor Danel

Mozart, Neuwirth, Haydn, Beethoven
Salle des concerts - Cité de la musique
Samedi 13 janvier 2018 - 20:30
Quatuor Hagen
Musique de chambre

Quatuor Hagen

Mozart, Widmann
Salle des concerts - Cité de la musique
Dimanche 21 janvier 2018 - 17:30
Quatuor Arditti
Musique de chambre

Quatuor Arditti

Amphithéâtre - Cité de la musique
Mercredi 20 janvier 2016 - 19:00
Archives vivantes

Vienne, creuset du quatuor à cordes

Après l’intégrale des quatuors de Chostakovitch en 2016, l’exploration de ceux de Mozart en 2014 et la célébration en 2012 de Wolfgang Rihm, la huitième...

Schönberg et Webern