Notes de passage

A+AA-Print

Perspectives / Perspectives

La fuite de l'œuvre

Publié le 12 Janvier 2018

Qu'est-ce que l'œuvre musicale ? Avec cette question, Alain Badiou inaugure un nouveau cycle de conférences à la Philharmonie, où des figures majeures du monde des idées sont invitées à porter un regard extérieur sur la musique et à s’interroger sur le sens de l’écoute.

par Alain Badiou

Richard Wagner, La tombe dit à la rose, ms, 1839British Library
Richard Wagner, esquisse manuscrite de la mélodie "La tombe dit à la rose", 1839

En musique, qu’est-ce qui mérite le nom d’œuvre ? La partition ? Mais comment un texte écrit, voire même chiffré, peut-il prétendre représenter ce dont le génie réside tout entier dans la volupté sonore ? Alors, une exécution de la partition ? Mais si elle est médiocre, si elle trahit ce qu’on imagine être les intentions du compositeur ? Alors, une exécution jugée exemplaire, où on s’accorde à retrouver l’essence même de ce que la partition propose ? Mais qui est le juge ? La critique, dont les normes changent au fil du temps ? L’auditeur éclairé ?

Cependant, l’Histoire semble bien trancher : de la masse énorme des partitions, elle ne retient qu’un très petit nombre, lui-même accordé à une aristocratie très fermée de « grands compositeurs ». Et les assauts livrés contre cette sélection historique n’ont jamais pu l’ébranler durablement.

C’est ainsi que l’œuvre musicale est toujours en perspective de fuite. Certes, elle résulte d’un tri sévère, et d’une hiérarchie inébranlable. Mais l’énigme demeure de ce qui constitue le fondement de ce tri, de cette hiérarchie : l’œuvre, la grande œuvre, en musique, n’est pas un objet invariant et solide, comme un tableau en peinture ou une cathédrale en architecture, ou même un livre en littérature. Errante, entre le chiffrage et le son, entre les époques, entre son abstraction et sa sensualité, sa notion même est en fuite permanente.

 

Alain Badiou est né en 1937, au Maroc, d’un père mathématicien, résistant et élu maire (socialiste) de Toulouse sitôt la Libération, et d’une mère professeur de lettres. Il suit une trajectoire académique directe : École Normale Supérieure, agrégation de philosophie, professeur de philosophie à l’Université expérimentale de Paris 8 (Vincennes) puis à l’ENS. Mais il commence par le roman, et tout au long de son parcours le théâtre le disputera à la philosophie, comme en témoigne son cycle Ahmed. Alain Badiou s’est donné pour cap de défendre les quatre « pensées vivantes » que sont pour lui les mathématiques, la politique, l'amour et la poétique, auxquels il consacre ses principaux ouvrages philosophiques, « Théorie du sujet » (1982), « L’être et l’événement » (1988), « Logique des mondes » (2005), ou des essais plus brefs qui ont connu un grand succès public : « De quoi Sarkozy est-il le nom ? » (2007) et « Éloge de l’amour » (2009). Sa dernière parution, un « Éloge de la politique » (2017), signe son engagement en tant que militant, sous diverses formes, de la politique révolutionnaire. Alain Badiou est traduit dans une vingtaine de langues à travers le monde.

 

Une conférence inédite d'Alain Badiou, mercredi 7 février 2018, de 18h30 à 20h

Alain Badiou
Conférence

Grande conférence - Alain Badiou

La fuite de l'oeuvre
Salle de conférence - Philharmonie
Mercredi 7 février 2018 - 18:30

Article magazine - évènements liés

Grandes conférences

Un cycle de rencontres pour ouvrir les portes au chantier des idées et approfondir le sens de l'écoute.