Notes de passage

A+AA-Print

Perspectives / Grand entretien

La modernité debussyste

Publié le 7 Décembre 2017

Préludant au centenaire de la mort de Claude Debussy, le pianiste Jean-Efflam Bavouzet analyse la singularité d’une esthétique qui fait triompher la « chair nue de l’émotion ».

par Jean-Efflam Bavouzet

 

« Combien il faut d'abord trouver, puis supprimer, pour arriver jusqu'à la chair nue de l'émotion... le pur instinct devrait pourtant nous avertir que les étoffes, les couleurs, ne sont que d'illusoires travestissements ! »

Claude Debussy, lettre à Robert Godet, 18 décembre 1911

Jean-Efflam Bavouzet
Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

Kazuki Yamada - Jean-Efflam Bavouzet - Debussy, Ravel, Berlioz
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Vendredi 8 décembre 2017 - 20:30