Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Entretiens

Nosferatu, faible et puissant

Le pianiste compositeur Jean-François Zygel nous parle de la musique qu’il a imaginée pour le Nosferatu de Murnau.

Publié le 8 Janvier 2019
par Jean-François Zygel

Nosferatu de Murnau : entretien avec Jean-François Zygel

 

Je m’identifie entièrement à Nosferatu. Ce personnage fascinant est une création d’artiste, une création de Murnau. Certes il doit beaucoup au Dracula de Bram Stoker. Mais le Dracula de Bram Stoker est somme toute un vampire assez bourgeois. Il ne craint pas la lumière et déambule tranquillement en pleine journée dans les rues de Londres.

Nosferatu est lui un être nocturne, mental, insaisissable. Il est à la fois réel et imaginaire, faible et puissant, féminin et masculin. Nous ne saurons jamais quelle blessure intérieure le rend étranger au monde qu’il nie tout en le révélant.

Pour lui, j'ai imaginé une musique étrange, capiteuse, improbable, mystérieuse... Basses obstinées, comptines, fragments de chorals, rythmes boiteux et bourdons énigmatiques se mêlent aux sonorités inattendues de l'orgue de cristal et des ondes Martenot, aux plaintes angoissées des saxophones, à la poésie délicate du célesta, à la puissance rythmique et lancinante des percussions.

Jean-François Zygel
Ciné-concert

Nosferatu - Murnau

Jean-François Zygel - Philippe Geiss - Thomas Bloch - Joël Grare
Salle des concerts - Cité de la musique
Dimanche 20 janvier 2019 - 16:30