Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Week-ends

Rokia Traoré, la colère et la fierté du Mali

Un portrait en trois soirée qui explore autant de facettes de la grande artiste malienne.

Publié le 2 Décembre 2019
par Francis Dordor

Rokia Traoré - @ The Festival Les Suds in Arles

 

« Les Africains ne sont les bienvenus nulle part dans le monde », déplorait récemment le philosophe camerounais Achille Mbembe dans une tribune pointant le sort réservé aux migrants. Il est un domaine où l’Afrique est pourtant accueillie à bras ouverts. De l’exposition Picasso Primitif au Musée du Quai Branly, consacrée à l’influence des masques sur la peinture du maître, à la création d’une chaire permanente dédiée à l’histoire de l’Afrique ancienne au Collège de France, des accointances entre la variété française d’un Matthieu Chedid ou d’un Christophe Mahé et les sonorités subsahariennes, au succès en librairie des auteures Fatou Diome, Leonora Miano ou Chimamanda Ngozi Adichie, jamais le champ culturel occidental n’a semblé aussi largement sous emprise africaine. C’est sous le signe de ces élans contradictoires que se place le week-end consacré à Rokia Traoré, étoile atypique de la scène musicale malienne en qui résonne la colère et la fierté d’un peuple. Colère engendrée par le rejet dont sont victime ses semblables. Fierté de faire rayonner le riche héritage d’une civilisation encore mal connue, voire niée. C’est donc en tant qu’ambassadrice d’un passé prestigieux qu’elle investit les scènes de la Philharmonie. Mais c’est aussi à la manière d’une lanceuse d’alerte qu’elle s’en empare, veillant à rappeler combien la brutalité d’une actualité africaine éclaboussant sans cesse nos écrans devrait saisir nos consciences.

 

Rokia Traoré - Né So

 

Les trois spectacles proposés lors de ce week-end – Mali Connexions, Dream Mandé Djata, Né So – suivent scrupuleusement cette ligne de partage. Né So (« chez moi » en bambara), sixième et dernier album en date de la chanteuse, a été mûri dans un contexte de crise personnelle et collective où Rokia achevait de définir les contours d’une identité musicale sur laquelle elle travaille depuis ses débuts. Tout en célébrant son enracinement à la terre rouge de ses ancêtres, sur laquelle elle est revenue vivre après un long épisode européen, elle se fraie un chemin entre sonorités rock et mandingues, revendiquées comme porteuses de modernité. Avec Dream Mandé Djata elle réalise un vœu caressé de longue date : restituer la grandeur de l’empire du Mandé à travers la figure mythifiée de son fondateur, l’empereur Soundiata Keïta, à l’aide de textes qu’elle récite et de chants repris du répertoire ancestral. Exercice pour lequel elle se garde néanmoins de s’arroger des prérogatives propres à la caste des griots, à laquelle cette fille de diplomate n’appartient pas, œuvrant plutôt à la manière d’une conteuse et d’une historienne-interprète.

Rokia Traoré - Dream Mandé Djata

 

En ouverture de ce week-end, Rokia dévoile un volet inédit de son répertoire, expérimentant librement sur la base de rythmes qui structurent l’architecture musicale d’une région qui, en la matière, est l’une des plus riches au monde. Intitulé Mandé Fôly, ce récital tradi-moderne est précédé d’un concert du duo formé par le violoncelliste Vincent Ségal et le joueur de kora Ballaké Sissoko. Auteurs de deux albums, Chamber Music et Musique de Nuit, salués par la critique et plébiscités par le public, ces derniers assurent à ce Mali Connexions une première partie teintée d’onirisme, prouvant combien la musique africaine d’aujourd’hui est faite d’interpénétrations.

Ballake Sissoko And Vincent Segal: NPR Music Tiny Desk Concert

 

Rokia Traore
Concert

Né So

Rokia Traoré
Lundi 6 janvier 2020 - 20:30
Salle des concerts - Cité de la musique
Rokia Traoré, Mamadyba Camara, Mamah Diabaté
Concert

Dream Mandé Djata

Rokia Traoré
Dimanche 5 janvier 2020 - 16:30
Salle des concerts - Cité de la musique
Rokia Traoré
Concert

Mali Connexions

Rokia Traoré - Ballaké Sissoko & Vincent Ségal
Samedi 4 janvier 2020 - 20:30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie