Album n°2 - White Light/White Heat

Album n°2 - White Light/White Heat

06/04/2016

Humour noir et tourbillon rock sulfureux.

Le Velvet Underground donne de nombreux concerts en 1967. Aux titres du premier album s’ajoutent des improvisations qui donneront naissance au second disque du groupe. À l’automne, le Velvet Underground retrouve New York et les studios pour enregistrer White Light/White Heat.
À cette époque, les ventes du premier disque sont dérisoires à côté de la reconnaissance dont il jouit aujourd’hui. Ce fiasco commercial contribue à la fin de la collaboration du groupe avec Andy Warhol. C’est finalement Tom Wilson, coproducteur de The Velvet Underground & Nico, qui chapeaute ce deuxième album.

White Light/White Heat s’ouvre avec fracas, sur un morceau au son gras qui n’est pas sans rappeler "I’m Waiting for the Man", à ceci près que « l’homme » est désormais arrivé. "The Gift", une tragique histoire d’amour contée par John Cale, calme le tempo. Lou Reed se joint ensuite au gallois sur "Lady Godiva’s Operation", pour relater une opération chirurgicale et son anesthésie défaillante. "Here She Comes Now" est une véritable oasis de douceur mélodique au cœur du tourbillon rock expérimental qu’est White Light/White Heat.
Après ce court moment de répit, "I Heard Her Call my Name" fait de nouveau la part belle à un rock’n’roll électrique et dissonant. L’album se termine en apothéose avec "Sister Ray", le titre le plus long de la discographie du groupe. 17 minutes et 30 secondes de rock urbain, sauvage et sulfureux, illustrant parfaitement le génie déviant du Velvet Underground.

L'album sort le 30 janvier 1968 sur Verve Records (Universal Music Group). Comme son aîné, ce disque est bien trop transgressif pour s’imposer sur les ondes FM et dans les bacs des disquaires.
Et comme son aîné, son influence, en particulier sur le punk rock, grandit au fil des années. "White Light/White Heat" sera notamment repris par David Bowie, "Here She Comes Now" par Nirvana, et "Sister Ray" par Joy Division, New Order ou encore Suicide.

Voir aussi
The Velvet Underground live

Trois articles pour revenir sur les trois premiers albums studio du Velvet Underground.