Luigi NonoG. Arici
Ingo MetzmacherH. Hoffmann Intermusica
Matilda Hofmandr headshot
PartitionDR
Concert

Prometeo

Orchestre symphonique du SWR Baden-Baden et Freiburg

Lundi 7 décembre 2015
20:30
Public
  • adulte
Lieu
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Luigi Nono
    Prometeo, tragedia dell' ascolto
  • Textes réunis par Massimo Cacciari : Walter Benjamin, Eschyle, Euripide, Goethe, Hérodote, Hésiode, Friedrich Hölderlin, Pindare, Arnold Schoenberg, Sophocle
  • Susanna Andersson , soprano
  • Christina Daletska, soprano
  • Els Janssens-Vanmunster, contralto
  • Noa Frenkel, contralto
  • Markus Francke, ténor
  • Caroline Chaniolleau, récitante
  • Matthias Jung, récitant
  • Ensemble recherche
  • Schola Heidelberg
  • Walter Nussbaum, chef de choeur
  • Orchestre symphonique du SWR Baden-Baden et Freiburg
  • Ingo Metzmacher, direction
  • Matilda Hofman, direction
  • Experimentalstudio de la Radio SWR
  • Michael Acker, Reinhold Braig, Joachim Haas, dispositif électronique en temps réel
  • André Richard, conception de l’espace sonore et direction de l’électronique en temps réel
Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.



Sorte de « subversion des divers Prométhée de la tradition », Prometeo de Luigi Nono laisse résonner les sons suspendus dans l’espace acoustique.

Il y avait du prince, du moine et de l’ouvrier chez Luigi Nono, cette belle figure qui n’admettait aucun compromis. De tous les compositeurs de sa génération (Boulez, Berio, Stockhausen…), c’était le plus engagé politiquement. Prometeo (sous-titré « Tragédie de l’écoute ») est une partition foisonnante mêlant les techniques et les sources d’inspirations (Eschyle, Rilke, Goethe, Nietzsche, Benjamin). La complexité de cette fresque à la fois puissante et intime, agrégeant l’électronique et les sons directs, nécessite la présence de deux chefs. Fragments sonores, superpositions de voix oscillant entre chant et parole, échos lointains, créent un fascinant maelström poétique. La première version de Prometeo fut créée en 1984 à Venise par Claudio Abbado.
Coproduction Festival d’Automne à Paris ; Philharmonie de Paris.
En collaboration avec le Holland Festival Amsterdam et Festspiele Zurich/Tonhalle;
Avec le soutien de la Fondation Ernst von Siemens pour la Musique, de la Fondation Orange et de Mécénat Musical Société Générale.

Tarifs

susanna andersson
Entretiens

Susanna Andersson : “Prometeo, à la fois le paradis et la terre...”

La soprano suédoise Susanna Andersson s’entretient sur le rôle...