Matthias PintscherF. Ferville
Concert

Grand soir

Orchestre de Paris - Ensemble intercontemporain

Samedi 9 avril 2016
20:30
Lieu
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Vito Žuraj
    Insideout, épisode pour soprano, baryton et ensemble
  • Philippe Manoury
    Passacaille pour Tokyo pour piano et 17 instruments (1994)
  • Entracte
  • Arnold Schönberg
    Erwartung, monodrame en un acte pour soprano et orchestre *
  • Entracte
  • Johann Sebastian Bach
    Cantate du mariage "O holder Tag, erwünschte Zeit" BWV 210 (extraits)
  • Edgar Varèse
    Offrandes, pour soprano et ensemble
  • Johann Sebastian Bach
    Passion selon saint Matthieu BWV 244 (récitatif et air "Am Abend; da es kühle war")
  • Bernd Alois Zimmermann
    Stille und Umkehr, esquisses symphoniques
  • Orchestre de Paris
  • Ensemble intercontemporain
  • Matthias Pintscher, direction
  • Solveig Kringelborn*, soprano
  • Yeree Suh, soprano
  • Jarrett Ott, baryton
  • Hidéki Nagano, piano

Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.



La passion est le thème qui traverse la diversité du programme de ce nouveau Grand Soir réunissant l'Ensemble intercontemporain à l’Orchestre de Paris.

Offrandes est la seconde partition d’Edgard Varèse que l’on a pu conserver après Amériques, c’est également l’une de ses rares musiques vocales. Le compositeur a choisi de mettre en musique deux poèmes d’amours d’écrivains surréalistes du continent américain – le Chilien Vicente Huidobro et le Mexicain José Juan Tablada. Seule la voix assure une partie mélodique conventionnelle. L’orchestration, qui fait la part belle aux vents et aux percussions laisse deviner le Varèse d’Hyperprism ou d’Intégrales. Avec Erwartung (1909) d’Arnold Schönberg, la passion est projetée dans un cadre scénique. Seule en forêt, une femme attend son amant dont elle ne tarde pas à découvrir le cadavre. Ce canevas dramatique est l’occasion pour le compositeur d’entrer véritablement dans l’intériorité psychologique du personnage et de se rendre attentif aux moindres soubresauts de l’inconscient. Ici plus que jamais, la musique se fait, comme l’écrivait Adorno, « enregistrement sismographique des chocs ». On reste dans un registre quasi-théâtral avec Insideout (2013) de Vito Zuraj, œuvre représentant une passion amoureuse sans cesse reconduite entre un homme et une femme, argument qui permet au jeune compositeur d’élaborer une partition tout en contrastes.
Coproduction Orchestre de Paris, Ensemble intercontemporain, Philharmonie de Paris

Tarifs

Messiaen
Week-ends

Week-end Passions

Wagner rêve à Tristan et Iseult ; Schönberg plonge dans l'...