Waed BouhassounWaed Bouhassoun © F. Guenet
Concert

Waed Bouhassoun chante Oum Kalthoum

Samedi 12 décembre 2015
16:30
Lieu
Amphithéâtre - Cité de la musique
L'amphithéâtre, Cité de la musique
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Mohammad Abdel Wahab
    Intal hub (Tu es l'amour) Auteur : Ahmad Rami 1965
  • Zakaria Ahmad
    Bi ridhak ya khaliqi (Avec ta bénédiction) Auteur : Bayram Al Tunsi 1944
  • Riyad Al Sunbati
    Zalamunil nas (Les gens sont injustes envers moi) Auteur : Bayram Al Tunsi 1946
    Al Atlal (Les ruines) Auteur : Ibrahim Naji 1966
  • Waed Bouhassoun, chant
  • Fawaz Baker, direction musicale, oud
  • Iyad Haimour, qanun, nay
  • Samih Souissi, violoncelle
  • Mohanad Aljaramani, riqq (tambour sur cadre)
Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.



Oudiste et chanteuse, la jeune Syrienne Waed Bouhassoun s’inspire du répertoire des grands noms de la chanson arabe des années 1930.

L’intensité de la poésie arabe se satisfait de l’épure. La mélodie du oud élabore les contours du mode. Le chant lui donne vie par sa chaleur veloutée. Et la parole devient sens. L’art de Waed Bouhassoun tient de cette relation intime qui lie sa belle voix au touché de ses doigts sur les cordes du luth. Oum Kalthoum fascinait les foules aux temps où l’on rêvait de la “nation arabe”. Ses improvisations subtiles s’épanouissaient sur l’onctuosité d’un tapis symphonique. Waed Bouhassoun chante les mêmes mots de poésie d’amour pour affronter le cauchemar arabe de l’unité brisée. Par la foi qu’elle voue à la culture de sa Syrie natale, son interprétation des poèmes anciens devient un antidote spirituel, un acte résistant, qui la préservent du chaos.