Yasiin BeyDR
Tony AllenBernard Benant
Concert

Yasiin Bey Live Band feat. Robert Glasper Experiment / Tony Allen

1re partie : Tony Allen

Mercredi 9 septembre 2015
20:00
Public
  • adulte
Lieu
Grande halle de La Villette - Nef Nord
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Tony Allen
  • Yann Jankielewicz, saxophone, clavier
  • Nicolas Giraud, trompette
  • Jean-Philippe Dary, clavier
  • Claude Dibongué, guitare
  • Tony Allen, chant, batterie
  • César Anot, basse
  • Patrick Gorce, percussions
  • Entracte
  • Yasiin Bey Live Band feat. Robert Glasper Experiment
  • Yasiin Bey, chant
  • Casey Benjamin, saxophone, vocoder
  • Robert Glasper, clavier
  • Derrick Hodges, basse
  • Mark Collenburg, batterie
Debout - Placement libre

Plein tarif : 33 €
Tarif réduit : 31 €
Tarif jeunes - 26 ans : 30 €
Formule festival : 30 €




1/ Tony Allen
Sans lui, l’afro-beat serait franchement bancal. Et pour cause : il fut l’architecte rythmique de cet art au groove politique et à la poésie hypnotique. Du haut de ses 75 printemps, le batteur légendaire de Fela Kuti n’est pourtant pas du genre à se reposer sur ses lauriers : « je veux toujours jouer quelque chose d’impossible » affirmait-il encore récemment. Son dernier album en date, Film of Life, il l’a concocté avec l’un de ses plus grands fans : Damon Albarn, la voix de Blur et Gorillaz. Car Tony Allen a la curiosité qui lui coule irrémédiablement dans les veines. Et que ce soit aux côtés de Doctor L, Manu Dibango, Jimi Tenor ou Sébastien Tellier, le maître du temps nigérian affiche une constante décontraction. Comme si la batterie était la chose la plus facile du monde.
Découvrez l'interview de Tony Allen.

2/ Yasiin Bey live band featuring Robert Glasper Experiment
Loin du loup solitaire, Yasiin Bey (aka Mos Def) provoque sans cesse les rencontres du troisième type. Que ce soit avec son alter ego Talib Kweli (et leur duo Black Star), les rockeurs-bluesmen de The Black Keys, le Gorillaz de Damon Albarn ou encore l’incontournable Kanye West, le New-Yorkais s’est imposé comme une figure capitale du hip-hop engagé et éclectique. Depuis quelques années, son complice de jeu favori s’appelle Robert Glasper. Il faut dire que le groove urbain et psyché du pianiste texan fan de Radiohead et de J Dilla se pacse à merveille avec le flow lumineux du rappeur-acteur. Plus qu’une jam géante dédiée aux grandes pages de l’histoire du hip-hop, leur (ré)union scénique scelle une même envie : rendre toujours plus poreuses les frontières entre rap et jazz.