Collège
Salle de conférence - Philharmonie

La Petite Histoire...

... du style classique

Adults
Duration: about 2h00
Détail, violonDétail, violon © C. d'Hérouville

Practical Infos

Wednesday, 3 February 2021 at 10:30am
€ 95 (the course) / € 14 (the session)

Also included in:

De la simple découverte à l’approfondissement, les COLLÈGES permettent aux mélomanes d’enrichir leurs connaissances. Chaque cycle propose une série de conférences où la musique – populaire ou savante – est abordée dans son contexte historique, sociologique et esthétique.

Vous êtes curieux mais vous n’y connaissez rien ? En croisant époques, styles et pratiques, ainsi que les compositeurs incontournables (dont cette saison Igor Stravinski en raison de la commémoration du 50e anniversaire de sa mort), ce collège permet d’aborder le b.a.-ba de l’histoire de la musique. Chaque conférence conjugue la musique aux arts visuels, aux lettres et à l’histoire des idées et des sociétés.

Il y a un demi-siècle, la période musicale que l'on nommait classicisme englobait Lully, Bach ou Haendel que l'on compte, depuis, parmi les compositeurs baroques. C'est essentiellement la publication de l'ouvrage de Charles Rosen The classical style en 1971 (Le Style classique, dans la traduction française parue en 1978) que la définition du terme et de la période s'est fixée sur la question de la forme - en l'occurence la forme-sonate et sa "résolution symétrique des tensions" -, sur l'évolution du langage tonal et sur les personnalités-phares de Haydn, Mozart et Beethoven - cet ouvrage donnant à repenser toute la chronologie et la stylistique et fondant ses définitions sur l'histoire et l'analyse des chefs-d'œuvre. Au début des années 2000, toutefois, deux expositions consécutives présentées à la cité de la musique à Paris, donnaient à leur tour à réfléchir par le biais d'autres prismes : 2002-2003 Figures de la passion, 2003-2004 Naissance du sentiment. La notion est donc appelée à se renouveler cycliquement mais qualifie toujours, actuellement, la deuxième moitié du XVIIIe siècle et le début du XIXe. L'héritage de la peinture des passions y trouve donc sa place, glissant insensiblement à celle des sentiments dont la forme même peut se faire l'expression.  Les fils de Bach, les compositeurs de Mannheim, Gluck, Salieri, les pères fondateurs du Conservatoire de Paris, Boccherini... sont donc invités à la fête pour célébrer cette période d'une richesse dont on est encore bien loin d'avoir fait le tour.

Florence Badol-Bertrand enseigne l’histoire de la musique au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Depuis ses études, elle a à cœur de mettre en œuvre la musicologie en collaborant avec les interprètes. Son doctorat a redonné vie à un grand nombre d'œuvres oubliées produites au Festival Vivarais-Lignon (dont elle a été fondatrice et directrice artistique), et à l’étranger - New-York Oboe Blow out, Festival de Schwetzingen, CNSMDP... Dans cette perspective de transmission, elle a conçu le cédérom Cosi fan tutte avec l'enregistrement de R. Jacob, Macromedia People’s Choice Awards de San Francisco en 2000. En 2006, elle a publié la fiction Mozart ou la vie adaptée en lecture-concert avec Daniel Mesguish. Son ouvrage Requiem, au cœur de l’œuvre ultime de Mozart accompagné de l’enregistrement de P. Herreweghe a été salué unanimement par la critique. Fin 2011, elle a été reçue à l’Habilitation à Diriger des Recherches. En 2016, son documentaire sur Hélène de Montgeroult a été mis en ligne sur le site du CNSMDP. En 2019, les éditions Fayard lui ont confié la rédaction du nouveau volume sur Mozart qui prendra place dans leur célèbre collection de biographies.

Speaker/Trainer

  • Florence Badol-Bertrand