Philharmonie de Paris - Home Page

Zidane, un portrait du XXIe siècle

Douglas Gordon & Philippe Parreno
from October 5, 2023 to January 7, 2024
Installation
For all
Espace d'exposition - Philharmonie

Seventeen giant screens for one player: Douglas Gordon and Philippe Parreno’s installation Zidane, a 21st century portrait immerses visitors in a poetic, multi-dimensional football match, with a soundtrack that spatialises the sounds of the stadium and original compositions by Mogwai.

THE POETRY OF A FOOTBALL MATCH

In 2005, artists Douglas Gordon and Philippe Parreno came together to produce a documentary filmed in real time during a match between Real Madrid and Villarreal CF. Seventeen synchronised cameras spread out around the Santiago Bernabéu Stadium in Madrid had their lenses focussed on nothing but the figure of Zidane. This film, leagues away from a recording for television, makes the concentration on his face and the extreme precision of his strikes positively palpable for the public.

ZIDANE, A MODERN ICON

The film paints a portrait of French footballer Zinédine Zidane, star of the 1998 FIFA World Cup. By zooming right in on Zidane himself, Parreno and Gordon sought to reveal not only the genius behind this football star, but also the passion that we have for our modern icons. The wide array of cameras used affords viewers a 360-degree perspective of the match, immersing them in a multidimensional space and conferring a feeling of being right there at the player’s side.

A STRIKING SOUND EXPERIENCE

The 17 large screens suspended around key parts of the exhibition play specific sounds and create a spatial effect, inviting visitors to stroll through both image and audio. Zidane’s breathing, his internal voice, the noise of the pitch, the chants of supporters, the crunch of colliding bodies and kicks of the ball... all these sound elements, overlaid with original music from Scottish post-rockband Mogwai, form a true masterpiece, deftly orchestrated for the space by sound engineer Nicolas Becker.

Producers: Douglas Gordon and Philippe Parreno

Director of photography: Darius Khondji

Original music: Mogwai

Sound design: Nicolas Becker and Cyril Holtz

In partnership with

Media

Omar da Fonseca : « Zidane qui provoque... Ah, le passement de jambes, magnifique ! Centre pied gauche au 2e poteau, Ronaldo... Et voilà, stoïque. Lui, qui convertit l'ordinaire en extraordinaire, évidemment ! »

Omar da Fonseca visite l’installation « Zidane, un portrait du XXIe siècle » à la Philharmonie de Paris

L’icône Zinedine Zidane

Omar da Fonseca : « Les premiers mots qui me viennent, pour essayer de dire quelque chose sur Zidane, c'est : icône, légende, unique. On dit que les génies peuvent tout oser, et c'est à ça qu'on les reconnaît. Et je crois qu'il incarne cet aspect-là. Et surtout, tout le monde voudrait jouer comme Zidane. Sauf que lui ne joue comme personne. Ce n'est pas juste un joueur, c'est surtout un joueur juste. Il a un corps aimable. On peut dire qu'il est en harmonie : son cerveau, son corps, ses bras... Tout est fluide. Il n’est jamais crispé. Ses muscles sont toujours en souplesse. Je crois qu'il a apporté cet aspect-là à un jeu qu'on juge parfois viril, avec des contacts un peu plus bruts. Le ballon est son ami. On dit tout le temps qu'il a semé le football pour cueillir des émotions, et je crois que c'est exactement ça. »

Vivre le football sous un angle original

Omar da Fonseca : « Le son est bon.
C'est une belle manière de sublimer le spectacle d'un match de foot. D'abord, le fait de s'attarder beaucoup plus sur des images qu'on ne voit jamais quand on est en direct ou dans le stade. Là, on a la possibilité de suivre l'action alors que le jeu se passe ailleurs. Donc on voit des visages, des joueurs qui s'interpellent, on a une autre sensation que lorsqu'on est en direct. Parce qu'il y a aussi beaucoup de caméras et ça montre des situations diverses, des sensations diverses. Et le son donne une sorte de vibration. On a l'impression que ça descend des tribunes, ce murmure qui donne un peu le sentiment qu'il y a un scénario qui se joue, parce qu'un match de foot, c'est de l'art, c'est de la vie. Il y a des doutes, des crispations, de l'émotion. Il y a un peu de frustration aussi, quand on loupe. Il y a plein de sentiments et d'émotions. Et le fait d'avoir beaucoup d'images dans ce sens-là, retransmet ce que vivent les protagonistes, et aussi le public, qu'on voit souvent derrière. Et c'est assez sympa parce qu'eux-mêmes reçoivent des émotions et les expriment. Ils les transmettent, en se prenant la tête, en faisant des grimaces. Donc c'est un moment vivant. Ça montre un match de football autrement. »

Nostalgie de l’ère « Galactique » du Real

Omar da Fonseca : « Roberto Carlos. Ah, il y a Samuel qui jouait aussi, à l'époque ?
Déjà, lorsqu'on se dit qu'une équipe comme le Real Madrid faisait jouer en même temps Raúl, Ronaldo, Beckham, Zidane, Figo, Roberto Carlos... C'est contraire à la méthodologie actuelle. Maintenant, on parle d'équilibre, on dit qu'on ne peut pas essayer d'avoir des équipes aussi fortes en attaque. Or, à cette époque-là, justement, la notion de supériorité devait être montrée à chaque fois. Et Villarreal, c'est quand même une équipe... Robert Pirès y a joué, et on peut parler de Riquelme, de Forlán ou de Senna, qui a été naturalisé espagnol et qui a gagné la Coupe du monde et le championnat d'Europe avec l'Espagne.
Il y a des aspects techniques qui sont plus relevés. Je ne sais pas si c'est parce qu'à l'époque, le côté athlétique était moins important. Le joueur avait un peu plus de temps, un peu plus d'espace pour imaginer l'action, la préparer, réfléchir et exécuter ce qu'il voulait faire. Il y a plein de fois où on se souvient du moment actif d'une action, et pouvoir la revoir, ça fait renaître de belles sensations. »

Outro

Omar da Fonseca commente l’action du but de Ronaldo, sur une passe de Zidane : « Zidane : la provocation, le passement de jambes... Et voilà ! Que c'est subtil, délicat ! Son pied gauche pour centrer, Ronaldo, le but. Le public exulte, mais c'est lui qui convertit l'œuvre ordinaire en extraordinaire, l'habitude de pouvoir être décisif. L'icône, la légende, l'unique, celui qui joue comme personne, il est là, encore une fois, Zidane ! »  

Zidane, un portrait du XXIe siècle

Une œuvre visuelle et sonore de Douglas Gordon et Philippe Parreno présentée jusqu’au 7 janvier 2024 à la Philharmonie de Paris

  • 1 match : Real Madrid – Villarreal (23 avril 2005)
  • 17 écrans
  • Musique originale : Mogwai
  • Son : Nicolas Becker et Cyril Holtz

Crédits 

Merci à Omar da Fonseca et à Roman da Fonseca

Extraits du film « Zidane, un portrait du XXIe siècle »
Courtesy des artistes © Philippe Parreno & Douglas Gordon. Anna Lena Films.

Musique de Mogwai
(P) 2006 PIAS / WALL OF SOUND LTD
ISRC : GB-ENL-06-00624
Avec l’aimable autorisation de (PIAS)

Entretien : Maxime Guthfreund
Réalisation : Laurent Sarazin – Clément Gaulthier-Falguière, Imaginé productions
© Cité de la musique – Philharmonie de Paris, 2023

Omar da Fonseca visite l’installation « Zidane, un portrait du XXIe siècle »

« Quand je circule ici, j’ai l’impression d’être sur le terrain, d’être avec Zidane. Et je trouve que ça fonctionne super bien. » 

Lilian Thuram circule dans l’installation Zidane, un portrait du XXIe siècle et commente sa visite :

« - ZZ, qu’est-ce qu’il fait, il s’est énervé ? 
- Il a pris un rouge. 
- ZZ ? C’est bizarre.
- Ça ne lui ressemble pas ? »
Lilian Thuram rit.

« Talent et humilité » : Zidane vu par Thuram

J’ai rencontré Zidane pour la première fois, je jouais à l’époque à Fontainebleau, je signe à l’AS Monaco et ils m’envoient faire un stage avec l’équipe de France juniors. Et donc, on arrive à l’entraînement... Je vois un joueur en train de jongler, il jongle, il lance très, très haut la balle, et il récupère la balle en jonglant, sans que la balle touche par terre. Je me dis : "C’est qui, ce mec ?" On commence à s’entraîner, on fait des petits matchs. Et après, quand je rentre dans ma chambre, je téléphone à des amis en leur disant : « Écoute-moi bien, j’ai vu un mec à l’entraînement, je t’assure, j’ai jamais vu ça. Même dans le quartier, il n’y a pas un mec aussi technique. C’est impossible. » La première fois que je vois Zidane, c’est là. Dès le début, il faisait des trucs avec la balle, c’était juste incroyable, et surtout avec cette facilité. 
J’ai joué en équipe de France Espoirs avec lui. Après, on a commencé en équipe de France lors du même match. Je crois que c’était en 1994 contre la République tchèque. Il rentre et il marque deux buts, et on fait match nul : 2-2. Disons qu’on a grandi ensemble. Lorsque vous jouez en équipe de France et que vous avez Zidane dans l’équipe, en fait, il est préférable qu’il touche très souvent la balle. Parce qu’en fait, il a cette capacité à trouver des angles de passes, à faire la différence par ses dribbles, par ses contrôles. C’est le chef d’orchestre. 
Le plus important, c’est en dehors du terrain parce que... comme c’est le joueur le plus talentueux de l’équipe, il est très important d’analyser son comportement. Moi, je dis souvent que si on a gagné la Coupe du monde, c’est grâce à son humilité. À partir du moment où votre meilleur joueur est très humble, ça donne la route à suivre. 

Au cœur d’un match du grand Real Madrid

« Non ?! Pepe Reina ? Il joue encore, je crois. 
Ah ouais, Beckham... 
Excusez-moi, il y a Figo, dans... Il y a Figo, c’est possible ? 
Ah ouais, quand même. C’est une vraie équipe. » 

Ces écrans montrent à quel point quand vous jouez au foot, il y a un truc qui est très important, c’est la capacité de regarder dans toutes les directions. Pendant un match, la grande majorité du temps, vous êtes en train d’observer les choses. Et ça, on le voit très bien. On voit Zidane en train d’observer, de regarder, de prendre des informations. Et ça, souvent, on ne le perçoit pas et je trouve que là, on arrive à le percevoir. Parce que souvent, on a l’impression qu’au foot, c’est le physique qui prend le dessus. Mais en fait, non. En fait, c’est le cerveau. Tout le monde court, la balle bouge, donc vous devez toujours prendre des informations. Vous devez photographier à chaque instant ce qui se passe pour que, quand vous allez recevoir le ballon, sachant que le ballon, vous n’allez pas le garder longtemps, ça aussi, ça se voit ici, il va falloir trouver la bonne solution. 
On croit entendre ce qu’on entend quand on est sur le terrain, c’est-à-dire un bruit de fond. Parce que sur le terrain, vous êtes tellement concentré que vous entendez un bruit de fond. Et presque, à la limite, vous n’entendez pas, tellement vous êtes concentré. Et je trouve que là aussi, encore une fois, je ne sais pas si c’est une déformation, mais moi, quand je circule ici, j’ai l’impression d’être sur le terrain, d’être avec Zidane. 
Et je pense qu’en règle générale, les gens aiment le foot parce que c’est un échange d’émotions. Lorsque vous aimez Zidane, lorsqu’il touche le ballon, vous avez l’impression d’être Zidane. Et là, je trouve qu’on arrive à sentir ce lien. 

Et puis, encore une fois, c’est le Real de Madrid. Tout autour de Zidane, il y a juste des joueurs incroyables : Ronaldo, Roberto Carlos, Guti, Raúl, Beckham... 
Bien qu’on ait l’impression qu’il n’y ait que Zidane de filmé, en fait, non. Et c’est ce qui est très beau, parce que Zidane fait partie d’un ensemble, d’une équipe. 

Zidane, un portrait du XXIe siècle

Une œuvre visuelle et sonore de Douglas Gordon et Philippe Parreno présentée jusqu’au 7 janvier 2024 à la Philharmonie de Paris

  • 1 match : Real Madrid – Villarreal (23 avril 2005)
  • 17 écrans
  • Musique originale : Mogwai
  • Son : Nicolas Becker et Cyril Holtz

Crédits 

Merci à Lilian Thuram et à Lionel Gauthier

Extraits du film « Zidane, un portrait du XXIe siècle »
Courtesy des artistes © Philippe Parreno & Douglas Gordon. Anna Lena Films.
Musique de Mogwai
(P) 2006 PIAS / WALL OF SOUND LTD
ISRC : GB-ENL-06-00624
Avec l’aimable autorisation de (PIAS)

Entretien : Maxime Guthfreund
Réalisation : Laurent Sarazin – Clément Gaulthier-Falguière, Imaginé productions
© Cité de la musique – Philharmonie de Paris, 2023
 

Zinedine Zidane vu par Lilian Thuram
Zidane, un portrait du 21e siècle © Courtesy des artistes Philippe Parreno & Douglas Gordon
Zidane, un portrait du 21e siècle © Courtesy des artistes Philippe Parreno & Douglas Gordon
Zidane, un portrait du 21e siècle © Courtesy des artistes Philippe Parreno & Douglas Gordon
Zidane, un portrait du 21e siècle © Courtesy des artistes Philippe Parreno & Douglas Gordon
Zidane, un portrait du 21e siècle © Courtesy des artistes Philippe Parreno & Douglas Gordon
Zidane, un portrait du 21e siècle © Courtesy des artistes Philippe Parreno & Douglas Gordon
Karina-Canellakis

Espace d'exposition - Philharmonie

See the venue

Getting here

Porte de Pantin station
M5 Paris Underground (Métro) Line 5 3B Tram 3B
Address
221 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris

To discover

Show

Panenka

Sunday, June 9, 2024 at 4:00 pm
With Panenka, the intrepid Quatuor Leonis ventures into a dynamic field at the intersection between music, dance and…
Info & Tickets