Talks & Debates
Rue musicale - Cité de la musique

Rencontre avec Alexandre Tharaud et les musiciens de Barbara

Avant-concert

Adults
Alexandre TharaudAlexandre Tharaud © Marco Borggreve

Practical Infos

  • How to come?
  • Accessibility Info
Sunday, 15 October 2017 at 2:30pm
Free entrance
Past event(s)
Pour toujours mieux pénétrer la sphère sensible de la chanteuse, Alexandre Tharaud a convié autour de lui des musiciens de l'univers de Barbara. Ils étaient à ses côtés pour partager son travail si minutieux en studio, et ses longues tournées à travers la France, périples ponctués de rituels improbables. Elle disait ne pas connaître la musique, et jouer d'instinct... Etait-ce vrai ? En tout cas, avec elle, ils auront souvent élaboré l'habillage de ses chansons, quand elle leur parlait non pas en notes, mais en images et en couleurs... Les musiciens de Barbara nous raconteront la compositrice hors du commun qu'elle était. A leurs côtés, le pianiste Alexandre Tharaud, grand connaisseur de Barbara, nous livrera son regard et son écoute d'initié.

Valérie Lehoux est journaliste à Télérama. Elle est l'auteur, entre autres, d'une biographie de Barbara, "Portrait en clair obscur", publiée chez Fayard en 2007 et qui vient de ressortir, mise à jour et enrichie, aux éditions Pluriel.

Né à Paris dans le quartier de Ménilmontant, le violon est le premier instrument de Marcel Aazzola. Musicien professionnel dans les cafés-concerts (brasseries) dès l'âge de onze ans, il participe à la Coupe mondiale de l'accordépon à dix-huit ans puis il débute dans les dancings au bandonéon. Il enregistre ses premiers disques chez « Barclay » et « La voix de son Maître ». Il accompagne nombre de vedettes de la chanson : Boris Vian, Edith Piaf,Tino Rossi, Jean Sablon, Annie Cordy, Yves Montand, avec lequel il fait une tournée dans les pays de l'est, Juliette Gréco, Les Compagnons de la chanson, Barbara, Gilbert Bécaud, Mouloudji, et l'inoubliable complicité avec Jacques Brel et son fameux «Chauffe Marcel !». Souvent à Londres, Rome et Paris pour de nombreuses musiques de films dont : • « Mon oncle » de J. TATI • « Le juge et l'assassin » de B.TAVERNIER • « Le bal » de E.SCOLA • « Les uns et les autres » de C.LELOUCH • « Vincent, François, Paul et les autres » de C.SAUTET avec des compositeurs tels Michel LEGRAND, Claude BOLLING, Wladimir COSMA, Philippe SARDE, Hubert ROSTAING, Georges DELERUE... Après de nombreuses années de galas et de bals avec son orchestre, Marcel AZZOLA se produit en trio avec Patrice CARATINI (contrebasse) et Marc FOSSET (guitare). Guest star avec Stéphane GRAPPELLI pour une tournée au Japon, il participe avec lui au MIDEM en compagnie de Yehudi MENUHIN ainsi qu'à de nombreux festivals : Deauville, Juan-les-Pins, Nice, Antibes, etc. Sa collaboration avec Christian ESCOUDÉ, trio gitan et octet, marque une nouvelle étape jazz-fusion. Il se produit actuellement en duo avec la pianiste Lina BOSSATTI. Enregistrements et concerts avec : Toots THIELEMANS Didier LOCKWOOD Martial SOLAL Daniel HUMAIR Pierre MICHELOT Georges ARVANITAS Emmanuel BEX Jimmy GOURLEY Maurice VANDER André CECCARELLI Bireli LAGRENE Michel PORTAL Dany DORIZ Big Band Babick REINHARDT Sylvain LUC J.P.BARAGLIOLI et le Quartet Inédit (P.Portejoie – M.Supera – C.Imbert) Collectionneur d'accordéons et d'instruments anciens, Marcel Azzola s'est également consacré à l'enseignement (Ecole Nationale de Musique d'Orsay). La Direction de la Musique l'a nommé, en 1987, Conseiller Pédagogique National. Editeur, il produit sous le label « Mazo », le disque « Pièces pour Claviers » avec la pianiste Lina BOSSATTI et le livre « Accordéon Instrument du 20ème siècle », écrit par Pierre GERVASONI, musicologue. Oscar Mondial de l'Accordéon, Marcel AZZOLA est resté une quinzaine d'années en effigie au Musée Grévin. GRAND PRIX DU DISQUE, GRAND PRIX DE LA SACEM pour la musique instrumentale, il est COMMANDEUR DES ARTS ET LETTRES. Discographie récente En duo avec Lina Bossatti : « PIECES POUR CLAVIERS » (Prod. Mazo10001 MA 254P) « MUSIQUE A LA MODE » (Verve 521-305-2) Nomination aux DJANGO D'OR « MARCEL ET LINA » CD et DVD (MM 20091) Autres : « HOMMAGE A EDITH PIAF » (Verve 521-500-2) Lauréat VICTOIRES DE LA MUSIQUE 1995 / catégorie Jazz « TRIO SUR SEINE » (Média 7) « TROIS TEMPS POUR BIEN FAIRE » (Chant du Monde 2741288) « MIROIRS » (Daphenco A804) « JAZZOLA » (BB6572ND216) « WALTZ CLUB » (Universal 983765 9) « COFFRET 5 CD MARCEL AZZOLA » (Universal 982238-4) Enregistrements de 1956 à 1976

Michel Portal, multi-instrumentiste, est une personnalité incontournable de la scène jazz contemporaine. Précurseur du mouvement free en France, il lui reste attaché. Il excelle tant dans la musique contemporaine que dans les musiques traditionnelles, les musiques de film, la musique classique... mais c'est avec le jazz qu'il trouve sa propre expression où son goût du hasard et de l'événement lui permettent d'aborder sans concession une pratique de l'improvisation. Singulier, inclassable, musicien avant tout mais échappant à toutes les déterminations, Michel Portal est une extraordinaire personnalité, aussi remarquable dans le répertoire classique (Mozart, Schumann, Brahms) que dans la création contemporaine dont il est un partenaire privilégié (Boulez, Stockausen, Berio, Kagel, Globokar). Dans le Jazz, il occupe une place historique mais presque dérangeante. Cet instrumentiste follement virtuose est un empêcheur de tourner en rond, un activiste de l'échange avec toutes les personnalités musicales possibles, sans cesse en train de chercher la rencontre qui le conduira en dehors des sentiers battus, en cassant toutes les formules et les clichés établis. Le Jazz est pour lui une façon bouleversante de vivre la musique. (Europajazz, 2012)

On ne présente plus Roland Romanelli « l’accordéoniste de Barbara » dont on dit de lui: « Quand il se coupe les ongles, ce sont des notes de musique qui tombent». Il restera son fidèle accompagnateur pendant 20 ans, composant pour elle des titres comme Vienne, aujourd’hui repris par la jeune chanson française qui fait souvent appel à lui pour sa sensibilité et son côté inventif. De d’ascendance italienne, il nait à Alger le 21 Mai 1946, et montre dès l’âge de trois ans un don exceptionnel qui fera de la musique son unique univers. Son père musicien le destine à une carrière de pianiste concertiste, mais c’est finalement l’accordéon avec lequel il se sent le plus libre de s’exprimer, qui sera son instrument de prédilection. Raflant tous les prix des grands concours, dont le Trophée Mondial d’ Ancona où il représente la France et la Coupe de France ORTF en Senior Classique, il devient dès les années soixante, la« Nouvelle vedette de l’accordéon ». Dès lors il est la coqueluche des grands artistes de l’époque: Colette Renard, Mouloudji, Félix Leclerc… puis ce seront Lama, Aznavour, Polnareff, Peyrac… Il jouera sur les albums de stars comme Johnny Halliday, Renaud, Bruel, Julien Clerc, Patricia Kaas, Marc Lavoine, Pierre Perret… liste impressionnante qui lui vaut très tôt le respect et la considération de toute la profession. En 1971, il sera le précurseur du synthétiseur. L’album Space dont il est l’arrangeur et l’unique interprète (contrairement à ce que montre le « clip » du titre Magic Fly, qui inspirera des années plus tard les Daft Punk !) arrive en tête du Hit-parade américain et se vend à plus de huit millions d’exemplaires dans le monde entier. Il composera par la suite d’autres titres en solo. Son immense talent et sa formidable capacité d’adaptation le rendent aussi à l’aise au cinéma. Sa rencontre avec Jean-Jacques Goldman (dont il arrangera plus tard pour Céline Dion S’il suffisait et Vole), sera le début d’une aventure de plus de dix ans. Après avoir composé Union sacrée, il compose avec lui le premier Astérix (25 millions de spectateurs dans le monde en 1999). Il collabore avec Francis Lai pour Les Ripoux … et de nombreux films de Claude Lelouch, ainsi qu’avec Vladimir Cosma dont il est l’interprète attitré (La Boum, Rabbi Jacob…) et plus tard Bruno Coulais. Sa grande rapidité d’exécution l’amène alors vers la publicité, les génériques d’émissions télévisées (Des Racines et des ailes…), les séries (Le juge est une femme, Joséphine Ange Gardien…) Sa force de travail considérable le pousse aussi vers le théâtre. Il compose pour Bedos, Bigard Brialy, Francis Perrin… , arrange et joue des spectacles musicaux de et avec Jérôme Savary, Gérard Berliner, Patrick Dupont … Il est aussi l’arrangeur des Choeurs de France depuis 2013. Son insatiable curiosité et ses qualités multiples le conduisent tout naturellement vers le jazz, avec le Quintette de Claude Salmieri et le Big Band de Fred Manoukian où il se distingue notamment à l’accordina, dont il tire un son très personnel et est également l’un des pionniers. Sa passion et son parcours singuliers le ramènent en 2017 vers ses premières amours. Il présentera cet automne à la Philharmonie de Paris un concert-hommage à Barbara avec le pianiste Alexandre Tharaud, ainsi que son propre spectacle Barbara et l’Homme en Habit Rouge mis en scène par Eric Emmanuel Schmitt, avec sa compagne et chanteuse Rébecca Mai. Il sera également directeur musical du nouveau spectacle de Laurent Gerra.

De plus en plus demandé, le pianiste Alexandre Tharaud se produit dans le monde entier. En Europe, il a récemment joué à la Philharmonie de Cologne et à la Philharmonie de Varsovie, au Victoria Hall de Genève, au Muziekgebouw d’Amsterdam, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et au Muziekgebouw d’Eindhoven (où il a été résident en 2015-2016), aux BBC Proms de Londres, à l’Auditorio Nacional de Madrid et à l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Rome. Il se produit désormais régulièrement en Asie, particulièrement en Chine, en Corée du Sud et au Japon. Après ses débuts au Carnegie Hall de New York et une première visite de la côte ouest-américaine, il joue au printemps 2016 pour la première fois avec l’Atlanta Symphony Orchestra, le Philadelphia Orchestra et, pendant sa tournée américaine avec Les Violons du Roy, dans les plus grandes salles des ÉtatsUnis – du Symphony Hall de Boston au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles. Après le succès de ses Variations Goldberg au disque et à l’écran, Alexandre Tharaud interprète Rachmaninov à la Philharmonie de Paris pour fêter la sortie de son nouvel enregistrement, entouré du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, de Vasily Petrenko et de nombreux solistes. L’un des points forts de son année 2016 aura été la création mondiale du concerto pour la main gauche du compositeur danois Hans Abrahamsen avec le chef Ilan Volkov et l’Orchestre Symphonique de la WDR de Cologne, repris depuis à Birmingham avec le City of Birmingham Symphony Orchestra, à Copenhague avec l’Orchestre Symphonique National du Danemark et, en décembre, avec l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam sous la direction de Yannick Nézet-Seguin. Les parutions discographiques d’Alexandre Tharaud sont à l’image de son éclectisme : concertos de Haydn, de Mozart et de Bach (avec Les Violons du Roy), Autograph, Le Bœuf sur le toit, Scarlatti, Journal intime (Chopin) et les Variations Goldberg (Erato). Pour Harmonia Mundi, il enregistre les Nouvelles Suites de Rameau, une intégrale Ravel (grand prix de l’Académie Charles-Cros, Diapason d’or de l’année, Choc du Monde de la musique, recommandé de Classica, de Répertoire, Pick of the Month BBC Music Magazine, Stern des Monats Fono Forum, meilleur disque de l’année de Standaard), Concertos italiens (Bach), Couperin, Satie (Diapason d’or de l’année 2008) et Chopin (intégrale des valses et des préludes). Sensible à la musique de son temps, il est dédicataire de nombreuses œuvres, dont les concertos pour piano de Thierry Pécou et Gérard Pesson.

Les rencontres invitent un ou plusieurs artistes, auteurs ou personnalités du monde intellectuel à s’exprimer sur un sujet artistique ou une problématique culturelle, puis à échanger avec le public.

Speaker/Trainer

  • Alexandre Tharaud, piano
  • Michel Portal, musicien
  • Roland Romanelli, musicien
  • Valérie Lehoux
  • Marcel Azzola, musicien

Linked events

Show

Barbara et l'homme en habit rouge

Rebecca Mai - Roland Romanelli — 15/10/2017 - 16h00