Daniele GattiDaniele Gatti © Marco Borggreve
Daniil TrifonovDaniil Trifonov © Dario Acosta/DG
Daniele GattiDaniele Gatti © Anne Dokter
Daniil TrifonovDaniil Trifonov © Dario Acosta DG
Concert symphonique

Royal Concertgebouw Orchestra

Daniele Gatti - Daniil Trifonov - Weber, Prokofiev, Mahler

Complet / liste d'attente

Si vous souhaitez être alerté(e) en cas d'éventuels désistements ou de remises de places à la vente, merci de renseigner votre adresse e-mail ci-dessous

Nos conseillers de vente restent à votre disposition au 01 44 84 44 84.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@philharmoniedeparis.fr

Jeudi 17 mai 2018
20:30
Lieu
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Carl Maria von Weber
    Ouverture d'Euryanthe
  • Sergueï Prokofiev
    Concerto pour piano n° 3
  • Entracte
  • Gustav Mahler
    Symphonie n° 1 "Titan"
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Daniele Gatti, direction
  • Daniil Trifonov, piano
Le Royal Concertgebouw Orchestra propose un concert flamboyant dédié à l'imagination éruptive de Prokofiev et Mahler dont Daniil Trifonov et Daniele Gatti figurent parmi les plus remarquables représentants.

Fin 2014, la direction du Royal Concertgebouw Orchestra annonçait la nomination de Daniele Gatti à la tête du prestigieux orchestre d’Amsterdam. Le chef milanais succédait à une illustre lignée de musiciens (Jansons, Chailly, Haitink...) perpétuant la légende d’une formation de « velours », au moelleux unique. Trois temps pour ce concert : une ouverture de Weber, donnée aux côtés des musiciens du Pôle Supérieur Paris-Boulogne-Billancourt, un virtuose concerto de Prokofiev interprété par l’une des étoiles du piano d’aujourd'hui, Daniil Trifonov, puis la « Titan » de Mahler, dont Gatti est l’un des grands interprètes actuels. Sa maîtrise des contrastes et sa science des alliages instrumentaux conviennent à merveille à cette première symphonie mahlérienne, hymne aussi trivial que sublime à la nature.

Tarifs

Abonnements & Offres