Concert

Grand Soir - Cabinet de curiosités

Ensemble intercontemporain - Matthias Pintscher - Nouno, Mozart, Iannotta, Monnet, Kagel, Neuwirth

Matthias PintscherMatthias Pintscher © Franck Ferville
Vendredi 13 mars 2020 à 20h30

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Vendredi 13 mars 2020 — 20h30
Salle des concerts - Cité de la musique

Programme

  • Gilbert Nouno
    Feed Back, pour trois triangles et électronique
    commande de l'Ensemble intercontemporain
    création
  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Adagio et Rondo K617, pour harmonica de verre, flûte, hautbois et violoncelle
  • Clara Iannotta
    Oeuvre nouvelle, pour harmonica de verre, alto, violoncelle et électronique
    commande de l'Ensemble intercontemporain
    création
  • Marc Monnet
    Bosse, crâne rasé, nez crochu, pour deux pianos et ensemble avec électronique (extraits)
  • Mauricio Kagel
    Die Stücke der Windrose: Osten, pour orchestre de salon
    Die Stücke der Windrose: Nordwesten, pour orchestre de salon
  • Olga Neuwirth
    Lonicera Caprifolium, pour ensemble et bande

Distribution

  • Ensemble intercontemporain
  • Matthias Pintscher, direction
  • Gilles Durot, percussions
  • Hidéki Nagano, piano
  • Dimitri Vassilakis, piano
  • Friedrich Heinrich Kern, harmonica de verre
  • Gilbert Nouno, réalisation informatique musicale IRCAM
Un cabinet de curiosités, c’est une pièce où sont exposées des choses rares, nouvelles ou singulières, mélange hétéroclite d’objets naturels, artificiels et scientifiques. C’est à ce péché mignon que se livre pour nous l’Ensemble intercontemporain.

Comme tout cabinet de curiosités qui se respecte, l’attrait de chacun de ses éléments a trait aux aspects les plus divers et variés. L’instrumentarium est souvent insolite, ainsi ce Feed back pour trois triangles et électronique de Gilbert Nouno, ou ce glassharmonica, qui file ses sons cristallins de Mozart à Clara Iannotta. Les sources d’inspiration sont aussi disparates que réjouissantes : les arabesques du chèvrefeuille des jardins servent de modèle à Olga Neuwirth, tandis que Die Stücke der Windrose de Kagel mêle indistinctement des objets sonores trouvés aux quatre coins de la planète. Marc Monnet, enfin, qui a hérité de son maître Kagel son sens du théâtre et du détournement, déstructure le concerto pour piano et le déforme à la manière d’une farce burlesque.
Coproduction Ensemble Intercontemporain, Philharmonie de Paris
En partenariat avec l'Ircam - Centre Pompidou