Rencontre
Salle de conférence - Philharmonie

Rencontre avec Xavier Beauvois et Jean-Paul Rappeneau

Salle de conférenceSalle de conférence © P. Celarie

Infos pratiques

  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 1 décembre 2018 à 17h30
Entrée libre
Événement(s) passé(s)
Les rencontres sont des moments privilégiés de partage avec les artistes, les auteurs ou les personnalités du monde musical invités ; ils s’expriment sur les enjeux artistiques du concert qui suit ou sur des problématiques culturelles d'actualité avant d'échanger librement avec le public.

Evoquer Michel Legrand
Il s'agira d'une rencontre au concept inédit : évoquer les singularités de Michel Legrand… sans Michel Legrand. Mais en réunissant une poignée de cinéastes de familles et esthétiques différentes qui ont confié la mise en musique de leurs images au compositeur. Et noué avec lui un rapport de confiance, autour de partitions qui, en termes de langages et formations, n'ont rien à voir entre elles. Le panel sera donc constitué d’Agnès Varda, l’une des complices historiques de Michel Legrand. En 1960, Agnès écrit avec Michel Legrand la chanson de Lola, baptême de mise en scène pour Demy. Puis, en 1962, ce sera la grande aventure de Cléo de 5 à 7 : une heure et demi en temps réel dans la vie d’une femme en attente de résultats d’analyses médicales. Comme Cléo est chanteuse, il faut lui inventer un répertoire… notamment dans une séquence iconique, où son compositeur et parolier viennent lui soumettre leurs nouvelles créations. A l’image, Michel incarne Bob : le compositeur du film dans un rôle de composition.  Aux côtés d’Agnès Varda, il y aura Jean-Paul Rappeneau, prince de la comédie véloce, cousin français de Lubitsch et Billy Wilder. Michel Legrand a mis en musique ses trois premiers longs-métrages, La Vie de château, Les Mariés de l’an II et Le Sauvage. « Michel a une importance décisive dans mon parcours de cinéaste, souligne Rappeneau. C’est lui qui m’a révélé le pouvoir de la musique sur l’image. Mes films sont des comédies qu’il a emmenées plus loin, plus haut, par un contrepoint de sentiment. » Enfin, Xavier Beauvois incarne la fraternité cinématographique la plus récente de Michel Legrand. Jusqu’alors méfiant face à la musique originale, le cinéaste de Des hommes et des dieux décide de faire entrer le lyrisme dans son cinéma avec La Rançon de la gloire, en 2014, parabole humaniste sur les deux SDF ayant volé le cercueil de Chaplin pour rançonner sa famille. Legrand et Beauvois se retrouvent en 2017 sur Les Gardiennes, chronique paysanne en temps de guerre, celle de 14-18. « On prétend qu'il ne faut pas avoir peur des monstres sacrés, résume le metteur en scène. Mais Michel n'est pas un monstre sacré : il habite à l'étage supérieur. Au passage, il m'a débloqué le cerveau sur la musique. C'était des cours de rattrapage intensifs. Entre nous, ça a été de l'émulation et du partage. »

Après plusieurs films comme scénariste (Signé Arsène Lupin, Zazie dans le métro, Le Combat dans l’île, L’Homme de Rio), Jean-Paul RAPPENEAU  s’impose comme un cinéaste majeur dès La Vie en château en 1965, comédie à la perfection millimétrique. Il y étrenne un principe qu’il développera par la suite : les trajectoires individuelles de personnages pris dans une course, dans un mouvement qui les dépasse, celui de l’Histoire. Ce seront donc le débarquement en Normandie (La Vie de château), la bataille de Valmy (Les Mariés de l’an II), le siège d’Arras (Cyrano de Bergerac), l’épidémie de choléra en Provence au XIXème siècle (Le Hussard sur le toit), l’exode du printemps 1940 (Bon voyage). A bien des égards, Cyrano marque l’un des sommets du cinéma de Rappeneau : dramatiquement et visuellement, il signe son premier grand projet opératique, film-blason de la culture française à travers le monde. Metteur en scène virtuose, obsédé par la précision du détail, Rappeneau est l’auteur d’une oeuvre rare, dans tous les sens de l’adjectif : huit films en cinquante-trois ans. En 2015, son dernier opus, Belles familles, tresse les destins croisés de huit personnages principaux, sur les thèmes de la mémoire, de la fratrie, de l’intime dans une culture mondialisée.

Originaire du Nord, Xavier BEAUVOIS a une révélation pour le cinéma, grâce à une conférence donnée à Calais par l’historien Jean Douchet. Après plusieurs années d’assistanat (notamment pour Manoel De Oliveira ou André Téchiné), il tourne son premier long-métrage en 1991, Nord, récit largement autobiographique, renforcé par sa présence en tant qu’acteur, dans le rôle principal. Beauvois confirme l’essai avec ses films suivants, N’oublie pas que tu vas mourir, Selon Matthieu, Le Petit lieutenant. En 2010, Des hommes et des dieux, Grand Prix du Jury au Festival de Cannes, César du meilleur film, est un vaste succès critique et populaire, qui fait découvrir son cinéma à un large public. Ses deux films suivants, La Rançon de la gloire et Les Gardiennes, scellent sa collaboration avec Michel Legrand. Parallèlement, Xavier Beauvois poursuit un parcours de comédien chez des cinéastes aussi différents que Claire Denis, Guillaume Galienne, Jean-Paul Salomé, Guillaume Nicloux.


Spécialiste de la musique pour l'image, Stéphane LEROUGE est concepteur de la collection discographique Ecoutez le cinéma ! chez Universal Music France (140 références depuis 2000, dont récemment Lalo Schifrin, Quincy Jones, Howard Shore), animateur de rencontres et conférences (Festival de Cannes, Cinémathèque Française, Philharmonie de Paris, Festival Lumière). En 2016, il collabore avec Bertrand Tavernier sur la partie musicale du documentaire somme Voyage à travers le cinéma français. Depuis 1999, il réalise chez Universal Music l'intégralité des rééditions discographiques de Michel Legrand et co-écrit avec lui son livre de souvenirs, J'ai le regret de vous dire oui (Fayard), publié fin août 2018.

Intervenants

  • Stéphane Lerouge, médiateur
  • Xavier Beauvois, cinéaste
  • Jean-Paul Rappeneau, cinéaste

En lien avec ce concert

Concert

Michel Legrand

Les Siècles Pop — 01/12/2018 - 20h30