Collège
Salle de conférence - Philharmonie

L'Opéra des XXe et XXIe siècles

Dmitri Chostakovitch, Lady Macbeth du district de Mtsensk

Durée : environ 2h00
Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, mis en scène par Robert Wilson, en février 2012 à l'Opéra de Paris.Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, mis en scène par Robert Wilson, en février 2012 à l'Opéra de Paris. © Marion Kalter / Bridgeman Images

Infos pratiques

Mardi 24 novembre 2020 à 15h00
230 € (le cycle) / 14 € (la séance)
Événement(s) passé(s)
De la simple découverte à l’approfondissement, les COLLÈGES permettent aux mélomanes d’enrichir leurs connaissances. Chaque cycle propose une série de conférences où la musique – populaire ou savante – est abordée dans son contexte historique, sociologique et esthétique.

Ce collège achève le périple autour de l’histoire de l’opéra. Aux XXe et XXIe siècles, le genre ouvre nombre de nouvelles perspectives et se révèle d’une extraordinaire diversité sur le plan scénique, dramatique et musical. Des séances « abc » permettent d’en comprendre les évolutions stylistiques, voire fractures esthétiques. D’autres mettent à l’honneur une œuvre du répertoire qui a marqué ou révolutionné l’histoire lyrique, et des séances thématiques cernent l’opéra contemporain et le foisonnement de ses futurs enjeux.

« Katerina Lvovna est une femme intelligente, talentueuse, intéressante ; mais suite aux conditions pénibles, cauchemardesques dans lesquelles elle doit vivre, suite à son enfermement dans un milieu marchand cruel, avide et mesquin, sa vie devient triste, ininteressante, morne. Elle n’aime pas son mari. Elle n’a ni la moindre joie, ni la moindre consolation. Or voici qu’apparait Sergeui, le commis de Zinovi, son mari. Elle s’éprend de ce personnage indigne et négatif - et c’est dans cet amour qu’elle trouve la joie et le but de son existence. Elle commet une série de crimes pour s’attacher Serguei. Ivre d’amour, elle se sacrifie toute entière à lui. » Ainsi s’exprimait Chostakovitch à propos de son héroïne. Il ajoutait : « Je considère que la musique joue le rôle principal, conducteur, décisif. » Car c’est elle qui donne le ton et mène la danse de cette oeuvre sulfureuse, à plus d’un titre. Par son sujet, sa violence, comme par la mise sur scène du bagne sibérien. Mais aussi - surtout ? - par sa destinée. Créée avec succès en janvier 1934, vouée aux gémonies du stalinisme par le Petit Père des Peuples lui-même deux années plus tard, largement réhabilitée au début des années soixante, sous un autre titre (Katia Ismailovna), il a fallu attendre plus d’un demi siècle après sa création pour que la partition de Chostakovitch soit reconnue dans toute sa force comme un des opéras majeurs du répertoire. Une tragédie dont l’action se déroule dans la deuxième moitié du XIXè siècle mais dont la portée éclaire de façon terrifiante le siècle du stalinisme. Mais aussi le nôtre…

Agrégé d’Histoire, Marc Dumont a toujours lié ses deux passions : l’Histoire et la Musique. Par l’écriture, mais aussi (surtout !) à la radio. Il a ainsi produit plusieurs centaines de concerts et d’émissions à Radio France, de 1985 à 2014 – à Radio Bleue, puis France Culture et surtout France Musique (Horizons Chimériques, Grands Compositeurs, Le Matin des musiciens, Présentez la facture, Les Visiteurs d’Histoire, Chansons Témoins…). Il se consacre désormais à de multiples conférences à la Philharmonie de Paris, à Strasbourg, Monte-Carlo, Pontoise, Nanterre… Il est aussi auteur et récitant de nombreux spectacles (donnés sur la Péniche Opéra, aux Festival baroque de Pontoise ou de la Chabotterie ou bien celui donné dans la grande salle de la Philharmonie de Paris, autour du 2è concerto de Rachmaninov, en novembre 2016.) Auteurs de nombreux articles, il rédige actuellement un livre sur les liens entre l’Histoire et la Musique ainsi qu’un volume consacré aux souvenirs du facteur de clavecin Reinhard von Nagel. Enfin, il propose des « Invitations aux Voyages », rencontres autour de deux invités, en vidéo.

Intervenants

  • Marc Dumont, conférencier