Concert sur instruments du Musée

Salon Stradivarius

Sayaka Shoji - François Dumont - Bach, Janáček, Prokofiev, Brahms

Sayaka ShojiSayaka Shoji © Kishin Shinoyama
Piano Erard 1891 - Collection Musée de la musiquePiano Erard 1891 - Collection Musée de la musique © Claude Germain
Stradivarius : Soit le Violon dit « le Davidoff », Antonio Stradivari, 1708, E.111Stradivarius : Soit le Violon dit « le Davidoff », Antonio Stradivari, 1708, E.111 © Jean-Claude Billing
Mardi 3 novembre 2020 à 18h30

Infos pratiques

Mardi 3 novembre 2020 — 18h30
Amphithéâtre - Cité de la musique
Durée : environ 1h15

Programme

  • Johann Sebastian Bach
    Sonate pour violon et piano BWV 1018
  • Leoš Janácek
    Sonate pour violon et piano
  • Sergueï Prokofiev
    Cinq Mélodies
    pour violon et piano
  • Johannes Brahms
    Sonate n° 2
    pour violon et piano

Distribution

  • Sayaka Shoji, violon Stradivari "Davidoff" 1708, violon Stradivari "Récamier" de 1729 (prêt de la Ueno Fine Chemicals Industry Ltd)
  • François Dumont, piano Erard 1891
Changement d’horaire : suite à l’instauration d’un couvre-feu en Île-de-France, ce concert débutera à 18h30 au lieu de 20h30. Vos billets restent valables.

Le pianiste Ilya Rashkovskiy est remplacé par François Dumont.

COUVRE-FEU : PROGRAMMATION, HORAIRES ET CONDITIONS D’ACCUEIL

Le violon « Davidoff » est l’un des fleurons des collections du Musée de la musique, qui conserve cinq violons du légendaire luthier Antonio Stradivari. Cet instrument d’exception magnifie les œuvres de Janáček, Prokofiev et Brahms.

Antonio Stradivari et ses fils ont élaboré 1100 instruments, dont un peu moins de la moitié a disparu. Chacune de ces œuvres d’art possède sa propre histoire. Le violon joué par Sayaka Shoji a appartenu au général russe Davidoff, musicien amateur qui se l’était procuré dans le but de former un quatuor à cordes. Outre sa sonorité unique, son vernis, aux teintes évoluant du jaune doré au rouge clair, en fait un objet chatoyant, d’une grande séduction visuelle. En première partie, Sayaka Shoji joue son violon « Récamier » de 1729. Quant au pianiste François Dumont, il se confronte à un Érard, l’un des facteurs les plus prestigieux du XIXe siècle, qu’appréciait particulièrement Franz Liszt. 

Écouter et regarder

Sergueï Prokofiev : Cinq mélodies op. 35 bis - Vadim Repin, violon, Boris Berezovsky, piano
Johannes Brahms : Sonate pour violon et piano no 2 en la majeur op. 100 - Renaud Capuçon, violon, Nicholas Angelich, piano
Leos Janacek : Sonate pour violon et piano - Vadim Repin, violon, Boris Berezovsky, piano