Concert symphonique

LSO / Adams

John Adams John Adams © D. Ogrady
Leila Josefowicz Leila Josefowicz © D.R
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 10 décembre 2016 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Béla Bartók
    Images hongroises
  • Igor Stravinski
    Orpheus
    Entracte
  • John Adams
    Sheherazade.2, concerto pour violon (création française)

Distribution

  • London Symphony Orchestra
  • John Adams, direction
  • Leila Josefowicz, violon
Leila Josefowicz, qui avait créé les deux premiers concertos pour violon de John Adams, interprète sous la direction du compositeur Scheherazade.2, sorte de « symphonie dramatique » dont elle est la protagoniste : elle incarne toutes les Shéhérazade d’aujourd’hui, menacées, opprimées par des fanatiques, parce qu’elles sont… des femmes.

Passé grand maître dans le maniement de l’orchestre, l’Américain John Adams ne pouvait faire l’impasse sur le ballet symphonique. Si le genre a connu ses grandes heures à la fin du XIXe siècle, il a été révolutionné au début du XXe par des compositeurs comme Igor Stravinski et Béla Bartók qui, en transcendant ses contingences originelles, lui ont donné quelques-uns de ses chefs-d’œuvre.
Orpheus (1947) est le troisième ballet écrit par Stravinski après son installation aux États-Unis. Emblématique de sa démarche néo-classique d’alors, il témoigne toutefois, à l’instar de ses aînés bien plus connus, du souffle narratif qui habite sa musique, notamment par le biais de contrepoints harmoniques et d’ostinati rythmiques. Orchestrations d’œuvres antérieures destinées au piano, les Esquisses hongroises (1931) de Béla Bartók sont exactement ce que leur titre suggèrent : des miniatures savoureuses et hautes en couleur du quotidien hongrois.
Le voisinage de ces deux grandes pages du genre replacent Scheherazade.2 dans une perspective historique que John Adams renouvelle encore — dans une forme de « ballet 2.0 » que pourrait suggérer le titre, où le compositeur va jusqu’au bout de la démarche initiée par ses aînés pour s’abstraire tout à fait du support chorégraphique. Impressionné par la visite d’une exposition à l’Institut du Monde Arabe à Paris, le compositeur américain reprend le thème, déjà plusieurs fois mis en ballet, des Mille et Une Nuits. Un sujet auquel il veut rendre son universalisme et son actualité : une réflexion sur la condition féminine.

Écouter et regarder

Hungarian Sketches, Sz. 97: II. Bear Melody
Orpheus - Ballet in 3 Scenes: 2nd scene