Concert symphonique

Orchestre de Paris

Daniel Harding - Frank Peter Zimmermann - Schumann, Hindemith

Frank-Peter ZimmermannFrank-Peter Zimmermann © Harald Hoffmann
Daniel HardingDaniel Harding © William Beaucardet
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mercredi 7 mars 2018 — 20h30
Jeudi 8 mars 2018 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Robert Schumann
    Ouverture de Genoveva
    Fantaisie pour violon et orchestre
  • Paul Hindemith
    Kammermusik n° 4 pour violon et orchestre
  • Robert Schumann
    Symphonie n°2

Distribution

  • Orchestre de Paris
  • Daniel Harding, direction
  • Frank Peter Zimmermann, violon
Daniel Harding poursuit son approfondissement de la musique de Schumann dans la fraîche Symphonie no 2 et Frank Peter Zimmermann exalte l’atmosphère douce-amère de sa Fantaisie et la vitalité savoureuse du « bad boy » Hindemith.

La Symphonie no 2 montre Schumann, à peine remis d’une terrible dépression, sous son aspect le plus vrai : intimité et fragilité se mêlent à une force de vie solaire obligeant l’interprétation à concilier chaleur et transparence. Les quasi-concertos de Schumann et de Hindemith joués par un seigneur du violon, maîtrisant comme personne raffinement et justesse stylistique, ne disent pas autre chose : la force est dans la confidence et l’intime. En cela, la rare Fantaisie, écrite sous le coup de la découverte du jeu de Joseph Joachim, fait partie des toutes dernières compositions de Schumann. Acerbe, provocatrice, la Kammermusik no 4 de Hindemith est quant à elle un pied de nez réjouissant à tous les conservatismes : un feu d’artifice de vitalité iconoclaste.