Concert symphonique

London Symphony Orchestra / Bernard Haitink

Isabelle Faust - Anna Lucia Richter remplacée par Sally Matthews - Dvorák, Mahler

Bernard HaitinkBernard Haitink © Clive Barda
Isabelle FaustIsabelle Faust © Molina Visuals
Événement(s) passé(s)

Pour repartir après ce concert

  • Navettes gratuites
  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 18 mars 2019 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 2h07 dont 1 entracte

Programme

  • Antonín Dvořák
    Concerto pour violon
    Entracte
  • Gustav Mahler
    Symphonie n° 4

Distribution

  • London Symphony Orchestra
  • Bernard Haitink, direction
  • Isabelle Faust, violon
  • Sally Matthews, soprano
Anna Lucia Richter s’est vue contrainte d’annuler sa participation à ce concert pour raisons de santé. Elle est remplacée par Sally Matthews. Le programme reste inchangé.

Isabelle Faust et Bernard Haitink fêtent leurs retrouvailles à la Philharmonie de Paris. Le programme, d’essence romantique, juxtapose le rare Concerto pour violon de Dvorák à la lumineuse Quatrième Symphonie de Mahler.

Du Concerto pour violon (1879) de Dvorák, on retient l’épisode mouvementé intervenu lors de sa genèse : le violoniste Joseph Joachim, dédicataire de l’œuvre, décida après bien des palabres de refuser de le jouer. Le Concerto est pourtant une merveille : sous les doigts d’Isabelle Faust et de son Stradivarius (surnommé Dornröschen, « La belle au bois dormant »), il révèle son immense richesse expressive et technique. Isabelle Faust retrouve le grand chef néerlandais Bernard Haitink, avec qui elle a interprété le Concerto pour violon à Lucerne en septembre 2016. À la tête du London Symphony Orchestra, Haitink dirige en seconde partie la Quatrième Symphonie de Mahler, un compositeur qu’il admire tout particulièrement : « Mahler était un homme qui souffrait. Et, si l’on peut dire, il avait un véritable talent pour la souffrance. Et cela se ressent dans sa musique. »

Écouter et regarder

Gustav Mahler : Symphonie n° 4 en sol majeur, I. Lent. Sans presser - Orchestre royal du Concertgebouw, Bernard Haitink (direction)
Antonín Dvořák : Concerto pour violon op. 53, III. Allegro giocoso ma non troppo - Prague Philharmonia, Isabelle Faust (violon), Jiří Bělohlávek (direction)