Concert symphonique

Révérence

Orchestre national d’Île-de-France - Robert Tuohy - Genia Kühmeier - Mahler, R. Strauss, Rachmaninoff

Genia KühmeierGenia Kühmeier © Tina King
Mardi 17 novembre 2020 à 20h30

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 17 novembre 2020 — 20h30
Salle des concerts - Cité de la musique

Programme

  • Gustav Mahler
    Totenfeier
  • Richard Strauss
    Quatre Derniers Lieder
  • Serge Rachmaninoff
    Danses symphoniques

Distribution

  • Orchestre national d'Île-de-France
  • Robert Tuohy, direction
  • Genia Kühmeier, soprano
Programme crépusculaire pour l’Orchestre National d’Île-de-France, avec notamment les Quatre Derniers Lieder de Strauss (chantés par Genia Kühmeier) et les Danses symphoniques de Rachmaninov, deux chefs-d’œuvre écrits par des compositeurs au soir de leur vie.

La musique de Rachmaninov, comme celle de Strauss, porte durant leurs dernières années la marque du sentiment de décalage avec leur époque qui anime les deux artistes, et exprime leur conscience de l’approche de la mort. « En un mot, ma vie touche à son terme et j’attends avec résignation que mon homonyme bienheureux m’appelle à ses côtés au paradis de la valse », écrit Strauss en 1944, quatre ans avant la composition des Quatre Derniers Lieder ; quant à Rachmaninov, il appelait ses Danses symphoniques « ma dernière étincelle ». Pour diriger ces deux magnifiques chants du cygne, ainsi que la Totenfeier de Mahler, poème symphonique en forme de marche funèbre qui sera par la suite incorporé dans la Deuxième Symphonie, le chef américain Robert Tuohy, qui fait ses débuts avec l’ONDIF.
Production Orchestre national d'Île-de-France

Écouter et regarder

Serge Rachmaninov : Danses symphoniques op. 45 - Orchestre du Capitole de Toulouse, Tugan Sokhiev, direction
Richard Strauss : Quatre derniers lieder - Juliane Banse, soprano, Orchestre du Conservatoire de Paris, Heinz Holliger, direction
Gustav Mahler : Totenfeier - Orchestre National de France, Jonathan Nott, direction