Concert vocal

Messe en ut

Les Musiciens du Louvre - Marc Minkowski - Haendel, Mozart

Marc MinkowskiMarc Minkowski © Marco Borggreve
Samedi 15 décembre 2018 à 20h30

S’abonner

Pour repartir après ce concert

  • Navettes gratuites
  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 15 décembre 2018 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 2h20 avec 1 entracte

Programme

  • Georg Friedrich Haendel
    Ode à Sainte-Cécile / (orchestration de Wolfgang Amadeus Mozart)
  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Messe en ut mineur

Distribution

  • Les Musiciens du Louvre Grenoble
  • Marc Minkowski, direction
  • Ana Maria Labin, soprano
  • Ambroisine Bré, soprano
  • Owen Willetts, alto
  • Stanislas De Barbeyrac, ténor
  • Norman Patzke, basse
  • Ripieno :
  • Constance Malta-Bey, soprano
  • Léa Frouté, soprano
  • Sophie Garbisu, soprano
  • Marie-Andrée Bouchard Lesieur, alto
  • François Pardailhé, ténor
  • Lisandro Nesis, ténor
  • Antoine Foulon, basse
  • Sydney Fierro, basse
Œuvre fragmentaire mais grandiose, la Messe en ut de Mozart témoigne d’une découverte importante pour le compositeur, celle de la musique du baroque tardif, et de Bach en particulier. Les Musiciens du Louvre de Marc Minkowski nous en livrent les subtilités.

C’est vrai de la plupart des compositeurs : il y a un avant et un après. Un avant la découverte de l’œuvre de Johann Sebastian Bach et un après cette découverte. Pour Mozart, cette révélation — car c’en est une, quasi mystique — a lieu au printemps 1782, lorsqu’il découvre, presque par hasard, le Clavier bien tempéré. Cette découverte marque un tournant majeur pour le compositeur bien affirmé qu’il est déjà à 26 ans. Frappé de stupeur créatrice, il remet tout en question et s’aperçoit pour la première fois de sa vie que la musique peut lui résister : le contrepoint et la fugue, par exemple, lui posent des difficultés considérables et, malgré toutes ses facilités, il met plus d’un an à les dompter. Lorsqu’enfin il s’y sent à l’aise, au service de quoi les mettre, sinon de la musique religieuse ? L’un des premiers chefs-d’œuvre qui en naîtra sera donc cette Messe en ut. Mais la figure tutélaire du Cantor de Leipzig (qui plane notamment dans la double fugue du Cum sancto spiritu) n’est pas la seule caractéristique remarquable de cette partition : que dire par exemple du déchirant Qui Tollis et de ses audaces dynamiques et harmoniques ? Voilà sans doute l’une des plus belles pages de la musique.
Concert enregistré par France Musique

Écouter et regarder

Wolfgang Amadeus Mozart : Messe en ut mineur - Accentus, La Chambre Philharmonique, Emmanuel Krivine (direction)
Georg Friedrich Haendel : Ode à Sainte Cécile HWV 76, Ouverture - Les Musiciens du Louvre, Marc Minkowski (direction)