Matthias PintscherMatthias Pintscher © Jeremy Garamond
Concert

Deux Esprits

Ensemble intercontemporain - Matthias Pintscher

Vendredi 1 décembre 2017
20:30
Lieu
Salle des concerts - Cité de la musique
La Salle des concerts de la Cité de la musique
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Toshio Hosokawa
    Atem-Lied, pour flûte basse
  • Toru Takemitsu
    Archipelago S., pour vingt-et-un musiciens
    And then I knew 'twas Wind, p fl, al & hpe
  • Toshio Hosokawa
    Futari Shizuka, the Maiden from the Sea, pour soprano, comédienne de Nô et ensemble
  • Ensemble intercontemporain
  • Matthias Pintscher, direction
  • Kerstin Avemo, soprano
  • Ryoko Aoki, comédienne de Nô
  • Emmanuelle Ophèle, flûte
  • Oriza Hirata, texte et mise en espace
« Le souffle est le fondement même de la musique », déclare Toshio Hosokawa à propos d’Atem-Lied (« Chant du souffle »), pour flûte basse seule (1997). Sa nouvelle oeuvre s’inspire d’une célèbre pièce du théâtre nô de Zeami, Futari Shizuka (« Les deux Shizuka »), dont Oriza Hirata a fait un livret et où l’on voit s’incarner l’esprit de Shizuka, une légendaire danseuse dont le nom signifie à la fois « silence » et « sérénité ».

L’EIC nous emmène en voyage au pays du soleil levant, avec deux de ses plus emblématiques représentants : Toru Takemitsu et Toshio Hosokawa. Ces deux compositeurs sont parvenus à un équilibre idéal entre leurs racines japonaises et le formalisme occidental. Suivant l’exemple de Debussy, qui déjà mettait la vague d’Hokusai en exergue de La Mer, Toru Takemitsu s’est pris de passion pour la musique française, et notamment celle de Debussy et Messiaen — comme en témoigne son Archipelago S, chatoyant panorama musical de trois archipels : ceux de Stockholm, de Seattle et de la mer intérieure Seto, aux pieds d’Hiroshima. À sa suite, Toshio Hosokawa bâtira sa musique dans un démarche double, empruntant autant à la tradition occidentale qu’à la musique traditionnelle du Japon. Ainsi Atem-Lied (chant-respiration) figure-t-elle l’exploration de l’archipel sonore de la flûte basse, nourri de la respiration de la nature japonaise, véritable fondation de la musique pour Hosokawa. Et là où les Occidentaux revisitent à l’envi la mythologie gréco-latine, il se tourne pour son dernier opéra vers la mythologie japonaise : The Girl from the Sea ressuscite ainsi Shizuka, une héroïne du théâtre Nô du XVe siècle, pour évoquer le drame des réfugiés.
Coproduction Festival d'Automne à Paris, Ensemble intercontemporain, Philharmonie de Paris

Médias

Atem Lied, for Bass Flute
Atem Lied, for Bass Flute