Concert

Grand Soir

Ensemble intercontemporain - Matthias Pintscher - Andrew Watts - Sophie Cherrier - Hidéki Nagano - Neuwirth, Nono, Lazkano

Olga NeuwirthOlga Neuwirth © Harald Hoffmann
Matthias Pintscher Matthias Pintscher © Jeremy Garamond
Événement(s) passé(s)

Pour repartir après ce concert

  • Navettes gratuites

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 16 mars 2019 — 20h30
Salle des concerts - Cité de la musique
Durée : environ 2h40 dont 2 entractes

Programme

  • Luigi Nono
    ...sofferte onde serene..., pour piano et bande
  • Olga Neuwirth
    Aello - Ballet mécanomorphe, pour flûte, deux trompettes avec sourdines, ensemble de cordes, clavier et machine à écrire (création française)
    Hooloomooloo, pour ensemble en trois groupes et CD
    Entracte
  • Ramon Lazkano
    Ziaboga, pour ensemble (commande de l'Ensemble intercontemporain, création)
    Entracte
  • Olga Neuwirth
    Hommage à Klaus Nomi, pour contre-ténor et petit ensemble (extraits)

Distribution

  • Ensemble intercontemporain
  • Matthias Pintscher, direction
  • Andrew Watts, contre-ténor
  • Sophie Cherrier, flûte
  • Hidéki Nagano, piano
Pour ce Grand Soir que lui consacre l’Ensemble intercontemporain, la compositrice autrichienne Olga Neuwirth est confrontée à l’univers de Luigi Nono, son modèle de toujours, et du Basque Ramon Lazkano.

Figure de proue de la scène musicale viennoise, Olga Neuwirth n’est pas une simple compositrice. C’est une créatrice multiforme, qui n’aime rien tant que renouveler sa manière de composer en transposant à l’écriture musicale des techniques propres à d’autres disciplines, artistiques ou non. Passionnée de cinéma, elle y trouve nombre de ses outils formels : du montage au traveling, en passant par le zoom et le champ/contrechamp. Mais son réservoir d’inspiration couvre également les arts visuels (Hooloomooloo trouve sa source dans un triptyque de Franck Stella), la culture underground (comme le « vampire surhumain » Klaus Nomi, icône de la scène new wave dans les années 1980). Pour Aello – Ballet mécanomorphe, que les solistes de l’EIC donneront en création française, c’est la rencontre inattendue entre la mythologie grecque (Aello est le nom d’une harpie) et l’univers des machines.
Coproduction Ensemble Intercontemporain, Philharmonie de Paris

En lien avec ce concert

Clé d'écoute

Autour d'Olga Neuwirth

Écouter et regarder

Luigi Nono : … Sofferte onde serene… pour piano et bande magnétique - Maurizio Pollini (piano)
Olga Neuwirth : Hooloomooloo - Klangforum Wien, Sylvain Cambreling (direction)

Olga Neuwirth : Eleanor - Ensemble intercontemporain, Matthias Pintscher (direction)