Concert

Chœurs d’orgue

Sequenza 9.3 - Catherine Simonpietri - Hampus Lindwall - Pärt, Ligeti, Tulve, Baba, Adès, Arkbro, Lacôte

Catherine SimonpietriCatherine Simonpietri © Guy Vivien
Sequenza 9.3 ***Sequenza 9.3 *** © Bruno Levy
Sequenza 9.3 ***Sequenza 9.3 *** © Claire Leroux
Dimanche 7 février 2021 à 15h00

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Dimanche 7 février 2021 — 15h00
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Helena Tulve
    Emergence III, Et les courants y sont plus forts (commande de la Philharmonie de Paris, création)
  • Noriko Baba
    Five Workouts for Organist
  • Thomas Adès
    Gefriosae Me
  • György Ligeti
    Lux Aeterna
  • Ellen Arkbro
    Choralities
  • Thomas Lacôte
    Motets
  • Arvo Pärt
    De profundis

Distribution

  • Sequenza 9.3
  • Catherine Simonpietri, direction
  • Hampus Lindwall, orgue

L’orgue aux 7 000 tuyaux de la Philharmonie étend encore ses registres pour transformer la salle en instrument. La spatialisation des chœurs renforce la magie acoustique.

Emblématique de l’écriture tintinnabulante d’Arvo Pärt, son De profundis illustre l’aura liturgique du chœur associé à l’orgue, tandis que les trois autres compositrices au programme s’en écartent ou se jouent de sa figure compassée. Dans ses Five Workouts for Organist, Noriko Baba désacralise l’orgue sans pour autant le dénaturer. Ces cinq « sessions d’entraînement » exigent même de l’organiste de devenir homme-orchestre, manipulant appeaux, coussin péteur, et autres flûtes à coulisse. Le Lux aeterna de Ligeti doit sa popularité relative à Stanley Kubrick qui l'utilisa dans son film culte 2001, l'Odyssée de l'espace (1968). Si Gefriosae Me de Thomas Adès se caractérise par sa texture atmosphérique, les motets de Thomas Lacôte, qui s'adressent à la Vierge, sont autant influencés par le chant grégorien que par Sibelius, Fauré et Alban Berg,