Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Musique et nature

Chanter la nature : la voix comme vecteur des émotions
Cycles de conférences
Salle de conférence - Philharmonie
Durée : environ 2h00
Avec  Aurore Flamion , conférencière

De la simple découverte à l’approfondissement, les cycles de conférences permettent à chacun d’enrichir ses connaissances. Chaque thématique propose d’aborder la musique, populaire ou savante, dans son contexte historique, sociologique et esthétique.

Tantôt imitée, codifiée, tantôt sublimée, la nature nourrit l’inspiration des compositeurs et des musiciens depuis que l’homme fait résonner son univers. Ce cycle de conférences aborde la conscience et le traitement de la nature dans les compositions de différentes époques de l’histoire de la musique, ainsi que sa préservation, dont il est plus que question dans notre société actuelle.

Musique et nature semblent, dès le mythe d’Orphée, avoir leurs destins mêlés, ce qu’illustre sans difficulté le répertoire de la musique instrumentale. Le répertoire chanté n’est pas en reste, de Clément Janequin en passant par Rameau, Schubert, Mahler, J. Hallyday ou encore la chanteuse Pomme.
Tous l’ont bien compris : aux défis compositionnels (comment parvient-on à exprimer la nature musicalement ?) s’ajoutent les considérables possibilités expressives permises par la présence d’un texte chanté. Ce dernier souligne l’union de la musique et du sentiment, et donne la parole à une myriade de créatures : fleurs, cailloux, ruisseaux, arbres et génies de la nature peuplent plus qu’on ne l’imagine le répertoire musical. Qu’elle s’exprime d’elle-même ou que le chant la convoque, la nature constitue ainsi un puissant miroir de nos émotions.
La diversité de ses états — des tempêtes aux accalmies heureuses — s’accorde avec l’infinie palette des passions humaines, ce dont, très tôt, les compositeurs ont eu conscience : en révélant nos sentiments les plus intimes, elle leur donne un écho universel. Si « chanter la nature » permet ainsi de dépeindre subtilement la variété de nos états d’âme, la voix accède à une nouvelle dimension à mesure que les chansons se multiplient pour tenter d’alarmer les consciences des risques environnementaux.

Aurore Flamion est doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et à l’Université Libre de Bruxelles. Ses recherches, sous la direction d’Esteban Buch et de Valérie Dufour, portent sur la réception de la musique allemande dans la presse française de l’entre-deux-guerres. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et de l’Université Lumière Lyon 2, elle a consacré plusieurs articles à l’opéra de Franz Schreker Les Stigmatisés (1918). Agrégée, chargée d’enseignements à l’Université Lumière Lyon 2, elle travaille également en tant que rédactrice pour l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté.

Karina-Canellakis

Salle de conférence - Philharmonie

Découvrir la salle

Comment venir

Porte de Pantin
M5 Métro ligne 5 3B Tramway 3B
Adresse
221 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris