n
Musique de chambre

Les Vents Français

Emmanuel Pahud, Paul Meyer, François Leleux...

Emmanuel PahudEmmanuel Pahud © J. Fischnaller
Éric Le SageÉric Le Sage © King records
Paul MeyerPaul Meyer © DR
Gilbert AudinGilbert Audin © DR
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 16 avril 2016 — 16h30
Salle des concerts - Cité de la musique

Programme

  • Louise Farrenc
    Sextuor
  • Georges Onslow
    Quintette à vent
  • Camille Saint-Saëns
    Caprice sur des airs danois et russes
    Entracte
  • André Caplet
    Quintette pour piano et vents
  • Francis Poulenc
    Sextuor pour piano et vents

Distribution

  • Emmanuel Pahud, flûte
  • Paul Meyer, clarinette
  • François Leleux, hautbois
  • Gilbert Audin, basson
  • Radovan Vlatkovik, cor
  • Eric Le Sage, piano

Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.



Un parcours à travers le répertoire français de quatuors, quintettes ou sextuors pour vents et piano, depuis George Onslow jusqu’à Francis Poulenc,

Ce sont tous des solistes internationalement reconnus. Les membres des Vents français (Emmanuel Pahud, Paul Meyer, François Leleux, Gilbert Audin et Radovan Vlatkovic) donnent à une musique souvent méconnue une visibilité tout à fait bienvenue. Aussi curieux qu’ils sont généreux, ils ont ainsi enregistré il y a peu avec Éric Le Sage au piano une exploration du répertoire consacré aux ensembles pour piano et vents au XXe siècle saluée par la critique. Pour leur concert à la Philharmonie, les six compagnons mettent à l’honneur la “gaieté généreuse et populaire” du répertoire français. Le Sextuor de Poulenc représente à lui seul l’entre-deux-guerres, tandis que le reste de leur programme se tourne vers le XIXe siècle, celui du célèbre Saint-Saëns, mais aussi celui de Georges Onslow, mort en 1853, et d’André Caplet, né un quart de siècle après. On y croise également l’une des rares compositrices de l’époque, Louise Farrenc, auteur d’œuvres nombreuses dont un Sextuor tout à fait inspiré, composé en 1852.

Coproduction Palazzetto Bru Zane, Philharmonie de Paris
Avec le soutien de Buffet Crampon

Buffet Crampon