n
Musique de chambre

Hommage à Adolf Busch

Quatuor Renaud Capuçon

Renaud CapuçonRenaud Capuçon © P. Roversi
Nicholas AngelichNicholas Angelich © M. Ribes – A. Vo Van Tao
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 19 janvier 2016 — 21h00
Salle des concerts - Cité de la musique

Programme

  • Ludwig van Beethoven
    Quatuor à cordes n° 14
    Entracte
  • Johannes Brahms
    Quintette pour piano et cordes op. 34

Distribution

  • Quatuor Renaud Capuçon
  • Renaud Capuçon, violon
  • Guillaume Chilemme, violon
  • Adrien La Marca, alto
  • Edgar Moreau, violoncelle
  • Nicholas Angelich, piano
Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.


Cette soirée inaugure une série de six concerts répartis sur trois saisons (tantôt au Théâtre de l’Athénée, tantôt à la Philharmonie de Paris) et programmés par Renaud Capuçon. Ces programmes retracent les différents aspects de la personnalité du violoniste Adolf Busch (1891-1952), mentor et ami de Rudolf Serkin, premier violon du Quatuor Busch et professeur de Yehudi Menuhin.

L’image qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque Renaud Capuçon est celle du soliste solaire, de la star éblouissant dans les grands concertos du répertoire ; mais il ne faudrait pas oublier l’importance capitale que revêt la musique de chambre pour celui qui passait son temps, au CNSM, à « toquer aux portes pour constituer trios ou quatuors » (Isabelle Hanne). Au fil des années, il a ainsi constitué autour de lui un petit groupe de talentueux musiciens plutôt jeunes avec lesquels il se plaît à explorer un répertoire d’une grande richesse. Ce sont eux qui le rejoignent pour un hommage au violoniste allemand Adolf Busch, émigré en Suisse puis aux États-Unis (où il fonda le Festival de Marlboro) dès le début de l’ascension au pouvoir de Hitler. Capuçon et ses partenaires choisissent un répertoire cher au cœur de Busch, qui fut le mentor de Rudolf Serkin mais aussi le professeur de Yenudi Menuhin : le Quatuor n° 14 de Beethoven (un compositeur que le Quatuor Busch avait exploré dans toutes ses dimensions) et le Quintette avec piano op. 34 de Brahms, enregistré avec Serkin dès 1938.