Quatuor BrentanoQuatuor Brentano © Juergen Frank
Quatuor BrentanoQuatuor Brentano © Juergen Frank
Musique de chambre

Quatuor Brentano

Haydn, Webern, Brahms

Complet / liste d'attente

Si vous souhaitez être alerté(e) en cas d'éventuels désistements ou de remises de places à la vente, merci de renseigner votre adresse e-mail ci-dessous

Nos conseillers de vente restent à votre disposition au 01 44 84 44 84.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@philharmoniedeparis.fr

Vendredi 19 janvier 2018
19:00
Lieu
Amphithéâtre - Cité de la musique
L'amphithéâtre, Cité de la musique
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Joseph Haydn
    Quatuor à cordes, op. 64 n°2
  • Anton Webern
    Six Bagatelles, op. 9, pour quatuor à cordes
  • Johannes Brahms
    Quatuor à cordes n° 1
  • Quatuor Brentano
  • Mark Steinberg, violon
  • Serena Canin, violon
  • Misha Amory, alto
  • Nina Lee, violoncelle
Les Américains du Quatuor Brentano, en résidence à l’école de musique de Yale depuis 2014, dessinent un programme équilibré qui va de celui qu’on s’est plu à considérer comme « le père du quatuor », Haydn, jusqu’à Webern en passant par Brahms.

Ils aiment autant interpréter des pièces qui précèdent l’apparition du genre du quatuor à cordes à proprement parler (Gesualdo, Purcell…) que des œuvres contemporaines (Steven Mackey ou Charles Wuorinen, auxquels ils ont consacré plusieurs disques). Mais cela n’a pas empêché les membres du Quatuor Brentano, qui va fêter très prochainement son quart de siècle d’existence, de pratiquer la totalité du répertoire « traditionnel » du quatuor. Ils en donnent un aperçu avec ce concert en trois étapes : Haydn, d’abord, le compositeur avec lequel ils ont abordé au disque ; Brahms, avec le fier Quatuor n° 1 ; Webern, enfin, dont ils louent la « musique d’une extrême introspection, subtile, secrète mais d’une grande intensité ». « Évoquant la subtilité des coups de pinceau en calligraphie, les sons individuels et les gestes prennent un grand poids expressif » : ils parlent de Webern, mais on pourrait dire d’eux la même chose.
En partenariat avec le festival de quatuors à cordes de la fondation Gulbenkian de Lisbonne et de la String Quartet Biennale du Muziekgebouw d'Amsterdam.