Récital orgue

Carnaval

Benjamin Alard (remplacé par Mathias Lecomte) - Benjamin Lazar - Saint-Saëns, Couperin, Corrette/Rameau, Ravel

Mathias LecomteMathias Lecomte © Isabelle Françaix
Benjamin LazarBenjamin Lazar © DR
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Dimanche 17 novembre 2019 — 11h00
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h00

Programme

  • Maurice Ravel
    Le Tombeau de Couperin
    (Prélude, Fugue & Menuet, transcription pour orgue de Mathias Lecomte)
  • François Couperin
    Le Rossignol en amour, La Linote effarouchée, Les Fauvettes plaintives, Le Carillon de Cithère
    (extraits du 14e Ordre, transcription pour orgue de Mathias Lecomte)
  • Michel Corrette/Jean-Philippe Rameau
    Concerto comique n° 25
    (transcription pour orgue de Mathias Lecomte)
  • Camille Saint-Saëns
    Carnaval des animaux
    (transcription pour orgue de Mathias Lecomte)

Distribution

  • Mathias Lecomte, orgue
  • Benjamin Lazar, récitant
Benjamin Alard ne pouvant assurer le concert pour raisons de santé, il sera remplacé par Mathias Lecomte.
Le programme reste inchangé.

 

Traditionnellement, les fêtes du carnaval et autres charivaris suspendent et inversent la normalité. Une occasion unique de moquer un pouvoir de droit divin. Capable d’un comique puissant et néanmoins abstrait, la musique y est omniprésente.

S’inscrivant dans un week-end qui évoque un Versailles rêvé, ce concert-spectacle imaginé par le metteur en scène et comédien Benjamin Lazar et l’organiste et claveciniste Benjamin Alard consacre la force de caricature de la musique. Celle d’un François Couperin, dont certaines pièces de caractères semblent de véritables eaux fortes (La Ténébreuse, La Voluptueuse, La Flatteuse…). Celle d’un Michel Corrette, dont les « concertos comiques » sont à la musique ce que la commedia dell’ arte est au théâtre. Quant à Saint-Saëns, sous des apparences innocentes, il n’épargne rien ni personne dans son célèbre Carnaval des animaux. Composé pour un concert de mardi gras, il moque tous les monstres sacrés, de la musique comme du pouvoir.