Récital piano

Annulation du récital de Radu Lupu, remplacé par Arcadi Volodos

Schubert, Rachmaninov, Scriabine

Arcadi VolodosArcadi Volodos © D.R
Événement(s) passé(s)

Pour repartir après ce concert

  • Navettes gratuites
  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Jeudi 23 mai 2019 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 2h10 dont 1 entracte

Programme

  • Franz Schubert
    Sonate en mi majeur D. 157
    Six Moments musicaux op. 94 D. 780
    Entracte
  • Sergueï Rachmaninov
    Prélude opus 3 n°2
    Prélude op. 32 n°10
    Prélude op. 23 n° 10
    Romance op. 21 n° 7 (arrangement d'Arcadi Volodos)
    Sérénade op. 3 n° 5
    Etude-tableau op. 33 n° 3
  • Alexandre Scriabine
    Mazurka op. 25 n° 3
    Caresse dansée op. 57 n° 2
    Enigme op. 52 n° 2
    Deux Danses op. 73
    Vers la flamme op. 72

Distribution

  • Arcadi Volodos, piano
Coloriste raffiné au toucher de velours autant que virtuose transcendant, Arcadi Volodos tire de son clavier des sonorités inouïes. Incomparable maître du piano, ce sorcier fait resplendir comme au premier jour Schubert, Rachmaninov et Scriabine.

Si Arcadi Volodos s’est fait connaître il y a vingt ans par des transcriptions dignes d’un Horowitz – ses moyens techniques sont prodigieux –, il est essentiellement un musicien de l’intime. Il privilégie la rondeur et la chaleur à toute brillance excessive : son toucher subtil au-delà du possible crée des mondes sonores envoîtants, particulièrement dans Schubert. Sous ses doigts, la modeste Sonate n°1 possède un poids et une urgence qu’on ne lui connaissait pas et les Moments musicaux, d’une richesse de textures inédite, bouleversent.  Dans Rachmaninov, il déploie un piano immense, une large palette de couleurs et de sentiments, tandis que les éthers de Scriabine créent le vertige. Un poète et un magicien.
Production Piano****