Récital piano

Cédric Tiberghien

Couperin, Debussy, Ravel

Cédric TiberghienCédric Tiberghien © Jean-Baptiste Millot
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 16 novembre 2019 — 18h30
Le Studio - Philharmonie
Durée : environ 1h00

Programme

  • Claude Debussy
    Étude n° 8 « Pour les agréments »
    Étude n° 6 « Pour les huit doigts »
  • Maurice Ravel
    Prélude - extrait duTombeau de Couperin
  • François Couperin
    La Reine des coeurs - extrait de l'Ordre n° 21
  • Maurice Ravel
    Fugue - extrait du Tombeau de Couperin
  • François Couperin
    La Bondissante - extrait de l'Ordre n°21
  • Maurice Ravel
    Forlane - extrait du Tombeau de Couperin
  • François Couperin
    La Couperin - extrait de l'Ordre n°21
  • Maurice Ravel
    Rigaudon - extrait du Tombeau de Couperin
  • François Couperin
    La Harpée - extrait de l'Ordre n°21
  • Maurice Ravel
    Menuet - extrait du Tombeau de Couperin
  • François Couperin
    La Petite Pince-sans-rire -extrait de l'Ordre n°21
  • Maurice Ravel
    Toccata - extrait du Tombeau de Couperin

Distribution

  • Cédric Tiberghien, piano
La polyphonie et l’art des couleurs de Couperin ont durablement impressionné deux siècles plus tard Debussy et Ravel. Le premier voulut acquitter sa dette dans ses Études, le second lui rend hommage dans l’une de ses plus belles œuvres

Dans le vingt-et-unième ordre, extrait du quatrième livre de pièces de clavecin, la science du contrepoint et de l’harmonie de François Couperin, mais aussi sa sensibilité, atteignent des sommets. Debussy aimait le compositeur, sa délicatesse, sa fine mélancolie, son chant pudique. Il avait d’ailleurs envisagé initialement de lui dédier ses Études mais opta finalement pour Chopin. Pour les huit doigts est une manière de mouvement perpétuel fantasque, à peine malmené par quelques sautes d’humeur, Pour les agréments prenant les atours d’une improvisation pour mieux nous prendre au piège de sa sensualité. Enfin, Le Tombeau de Couperin (1914-17) se présente comme un hommage au musicien, mais aussi à des soldats tombés au champ d’honneur, à qui ses pièces sont dédiées. Le tour de force (Toccata) se mêle à l’émotion la plus poignante (Menuet).
Concert enregistré par France Musique.

Écouter et regarder

Maurice Ravel : Tombeau de Couperin - Alexandre Tharaud (piano)