Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Pass sanitaire

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Le magazine des enfants

Zimzam et le Grossilence #5 - Le sac à musiques

Il y a beaucoup de musiques dans le sac que vient d’ouvrir Zimzam, mais parmi elles il en reconnaît une. Ah, vous dirais-je maman...

Écoutez ce podcast sur Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts ou Spotify

 

Zimzam s’avance vers le sac avec méfiance… Il a bien compris que les étranges habitants de cette forêt savaient qu’il avait volé le Grossilence… Il ne faudrait pas qu’ils trouvent un moyen de le récupérer !

 

« Grossilence, est-ce que c’est un nouveau piège ? » marmonne-t-il.

 

Mais Zimzam est avant tout un petit curieux : doucement, il tire sur le cordon qui ferme le sac et… une explosion de musiques le renverse littéralement sur le sol ! Le sac crache plein de morceaux tout mélangés !

 

« Grossilence, enlève toutes ces musiques ! Elles me marchent sur les oreilles ! », supplie Zimzam.

Le silence s’installe mais un bourdonnement flotte toujours dans l’air.

« C’est ma petite tête qui tempête ! », gémit Zimzam.

Comme assommé, il reste assis sur le parterre feuillu de la forêt à observer le sac sans plus oser s’en approcher. 

 

« Que ces musiques sont fortes…, se plaint-il. Elles ne font que du tonnerre, de la bataille, elles sont là pour m’intimider ! »

 

On dirait que Zimzam est très fâché. C’est dommage parce que ce sont quand même des jolies musiques. Mais bon, on ne va pas en rester là… car, tout à coup, de délicates notes de piano s’échappent du sac…

« Ooooh… c’est une petite chanson que je connais ! » s’exclame Zimzam.

 

Et il se met à chanter ! Ah vous dirais-je maman, ce qui cause mon tourment…

Tu veux chanter avec moi ? 1, 2, 3, ensemble !

Ah vous dirais-je maman, ce qui cause mon tourment… Papa veut que je raisonne, comme une grande personne… Moi je dis que les bonbons, valent mieux que la raison… (chanté sur l’extrait d’œuvre)

Zimzam est si content de la chanson qu’il s’approche du sac sur la pointe des pieds.

 

« La musique, c’est parfois tout doux aussi, alors… », dit-il en jetant un œil à l’intérieur.

 

Mais le piano s’arrête brutalement !

Zimzam regarde un peu mieux : il fait tout noir dans le sac.

« Petite musique, reviens…, murmure-t-il. Maintenant, j’ai peur sans toi. »

Rien ne se passe. Zimzam a une idée : il ramasse une poignée de terre et la jette dans le sac. Peut-être cela va-t-il faire quelque chose ?

 

À peine la terre a-t-elle touchée le fond, que le sac se met à tousser et à faire des hoquets ! Et voici que redémarre Ah vous dirais-je Maman… Mais avec plein de bzoïngs et un piano bizarre !  

Zimzam est stupéfait.

« C’est toujours ma chanson, mais on lui a tout changé ! » s’écrie-t-il.

Zimzam ne sait plus quoi penser. Et s’il mettait autre chose dans le sac, peut-être que cela ferait revenir le piano doux ? Il ramasse une poignée de cailloux et hop ! Mais le sac se met à trembler, trembler, et fait une musique de tempête !

 

Tout excité, Zimzam sautille sur place. Il est drôle ce sac, il fait des blagues avec la musique !

 

Zimzam a très envie de continuer à jouer avec lui : il ramasse quelques brindilles, les jettent aussi dans le sac et… la chanson change encore !

 

Zimzam rajoute des feuilles… et la chanson rechange encore !

 

Enchanté, Zimzam se met à courir dans tous les sens : il farfouille dans les sous-bois et récolte de la terre, des cailloux, des brindilles, des feuilles, et hop, hop, hop, il les plonge dans le sac les uns après les autres.

« Grossilence, tu entends ? On peut faire plein de musiques différentes avec la même chanson ! » s’exclame-t-il.

Zim Zam aime tellement ce sac à musiques qu’il décide de l’emporter avec lui.

 

Avant de se remettre en route, il déclare au Grossilence : « Je vais te mettre dans le sac, comme ça il se tiendra tranquille : il ne jouera de la musique que quand je lui demanderai ! »

 

Mais à peine le Grossilence a-t-il atterri au fond du sac, qu’un énorme ricanement retentit…

 


Raconté par Marion Rampal, écrit par Karine Chaunac, réalisé par Marie Guérin

L’œuvre à écouter :

Ah vous dirais-je maman, Wolgang Amadeus Mozart

Le Magazine